27 novembre, 2007

Portables en Tamazight

Classé dans : Tamazight — eldzayer @ 2:29

♥ Maroc Telecom et Sony Ericsson lancent le 1er portable en langue Amazigh

Maroc Telecom lance sur le marché marocain deux téléphones portables utilisant l’alphabet Tamazight, fruit d’un travail de recherche et de conception de plus d’un an au sein des centres de Recherches & Développement de Sony Ericsson, et en collaboration étroite avec des experts de la langue Tamazight et à la demande de l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM).

Convaincu que la diversité culturelle représente une richesse pour notre pays, Maroc Telecom s’associe à son partenaire équipementier Sony Ericsson pour lancer le premier téléphone portable utilisant l’alphabet Tamazight.

mak1.jpg

22 octobre, 2007

Iberdan n tissas

Classé dans : Tamazight — eldzayer @ 3:54

Quand tamazight emprunte  »Iberdan n tissas » *

Sans tapage et n’en déplaise aux laborantins de la langue chargés de domestiquer tamazight et aux politiques vieillottes résolues à l’arabiser et à en faire le deuxième ‘’éléphant idéologique’’, nous assistons sans aucun doute à la naissance d’un kabyle (la langue) véhiculaire.
(Suite …)

  Akli Kebaili écrivain et docteur en sciences politiques
Un jeu de mémoire en kabyle pour l’apprentissage de la langue amazighe 

Akli Kebaïli, connu sous le nom d’Akli Azwawi, est écrivain et politologue. Son penchant pour l’écriture, notamment en allemand et en kabyle, le distingue particulièrement. Il travaille actuellement à la Mairie de Francfort /Main (Service aux affairesm multiculturelles) dans le domaine de l’intégration des émigrés. Son engagement contre la discrimination est quotidien. Il participe, en outre, et en coopération avec la Police de Francfort, à la réalisation d’un film vidéo en tamazight. Grâce à lui la mairie de Francfort utilise la langue amazighe dans ses différentes publications.

(suite)

20 septembre, 2007

Enseignement de Tamazight

Classé dans : Tamazight — eldzayer @ 6:40

Le nouveau manuel de langue amazighe de Sadaq Bendali  

 tamazight.jpg

Les enseignants de tamazight montent au créneauEnseignement de Tamazight dans Tamazight 1614_45565

Douze ans après son introduction dans le système éducatif algérien, suite à une lutte acharnée menée par plusieur s générations de militants, l’enseignement de la langue amazighe reste prisonnier de plusieurs considérations malveillantes.

La situation que vivent les enseignants de cette langue met au clair les innombrables problèmes qui guettent son épanouissement. D’un côté, des responsables sans scrupule dressent moult embûches devant  son enseignement en refusant d’appliquer les multiples recommandations ministérielles. Le manque d’enseignants spécialisés et à l’évidence, est dû au manque de volonté politique pour assurer les financements nécessaires pour la promotion de tamazight.

De l’autre, la gestion unilatérale du corps professoral en procédant dans les premières années de son enseignement au recrutement à la pelle, devient aujourd’hui, un point noir que d’aucuns hésitent à soulever. Le cas des enseignants contractuels, qui ont honoré leur engagement pendant plus de trois ans, se retrouvent sans aucun statut. Ces mêmes enseignants sont contraints, chaque année, aux errements dans les couloirs des administrations afin de trouver une oreille attentive à leurs doléances.  

Sur le plan didactique, l’enseignement de la langue amazighe reste toujours rudimentaire, est-elle une volonté de saper son enseignement ou tout simplement, tamazight est une idée non grata au sein de l’école algérienne ?

A Bouira, où un département de langue et civilisation berbères devait ouvrir ses portes, une suite négative a été réservée par les responsables de l’université de ladite ville à ce projet. Le report de sa mise sur pied est conditionné à l’absence d’infrastructures d’accueil. Une chose qui sera démentie par un autre responsable qui parlera, plutôt de maque d’enseignants. Derrière ces sempiternelles fuites en avant se cache, malheureusement, une volonté politique négationniste nourrie par les années de discrimination sévissant à l’encontre de cette langue. 

Un  autre problème sérieux qui empoisonne cet enseignement, est celui du caractère facultatif des cours au nombre et au statut des enseignants. Le caractère facultatif a fait que peu de wilayas d’Algérie dispensent cet enseignement.

Outre cet aspect de libre choix, il y a le problème lié à la langue, celui de la normalisation, une question qui a soulevée un tas d’interrogations chez les linguistes et chercheurs.

L’urgence, selon des spécialistes, est de doter cette langue d’une académie, d’un organe qui s’occupera de son enseignement. Autrement dit, de faire appel aux chercheurs de rang doctoral qui proposeront des normes d’écriture adéquates, de syntaxe appropriée, pour dépasser le stade de l’oralité.

Le système graphique pour tamazight, un autre débat, qui a du mal à recueillir un consensus entre les partisans du caractère latin et ceux du caractère arabe, car beaucoup de chercheurs assimilent cette question à une manipulation politicienne grossière.

http://www.depechedekabylie.com/read.php?id=45565&ed=MTYxNA==

D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
machinesabois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elayam.3 ا...
| FCPE Lionel Terray
| LUGAR DO DESENHO-LIEU DU DE...