15 septembre, 2007

La Kabylie et les luttes pour l’Algérie

Classé dans : Luttes de la Kabyie — eldzayer @ 17:10

• 1857 : Résistance de Lalla Fadhma N Sumer aux troupes du maréchal Randon (bataille d’Icherridhen)

 Fadhma n sumerFadhma N soumer

• 1871 : Rébellion de Cheikh Aheddad et El Mokrani

cheikhaheddad1.jpg  elmokrani.jpg

• 1963  : Rébellion kabyle contre le clan   
               d’Oujda et pour la démocratie.
  

rbelionduffs.jpg  mohandoulhadj2.jpg 

Colonel Mohand Oulhadj :

 » J’ai fait 8 ans de guerre contre le colonialisme, si le gouvernement algérien décide de remplacer le colonialisme, je suis prêt à faire face. C’est après avoir réfléchi que j’ai décidé de me retirer et de prendre mes responsabilités. C’est pour défendre la dignité et l’honneur des moudjahidine, des militants qui sont actuellement dans l’angoisse et dans une incertitude. Des moudjahidine, des militants, après avoir lutté pendant 8 ans, se trouvent actuellement sans logement, sans pension, sans travail et beauoup d’eux se trouvent dans des prisons.
Je ne veux pas faire couler du sang entre algériens, je l’ai évité déjà et je continuerai à l’éviter.

Mes galons, ce n’est pas l’armée française qui me les a donnés, ni de Mr qui est au pouvoir aujourd’hui, mes galons m’ont été donnés par les Moudjahidine,
mes galons, je les ai gagnnés au combat révolutionnaire à la lutte de libération nationale. »

• 1970 : Politique d’arabisation et naissance
                de la revendication identitaire

masinuharun1.jpg

• 1980 : Le printemps berbère

mamerri1.jpg

• 2001 : Le printemps noir

Massinissa Guermah  tafsuttaberkant.jpg  meurtmassinissaguermah.jpg  2001boutef.jpg



La Kabylie, entre hier et aujourd’hui

La Kabylie a fait, ces derniers temps, les unes de la presse à son corps défendant. Pour le lecteur non averti, les opérations militaires, les ratissages, les accrochages et autres termes de violence qui sont rapportés par la presse et qui s’y déroulent indiquent que la région est à feu et à sang. Commençons par préciser que dans notre esprit «Kabyle» veut dire habitant de cette province d’Algérie nommée la Kabylie sans aucune autre connotation. Présentée par certains comme une exception dans le large cadre qu’est la nation, la Kabylie n’aspire qu’à un mieux être dans une ère de paix.

Une région et une histoire
La Kabylie s’est toujours signalée dans le cheminement de l’histoire du pays par des prises de position considérées comme avancées. Ainsi a-telle fourni des contingents importants tant en militants qu’en cadres au mouvement national. Pour ne citer que quelques-uns d’entre eux, on peut nommer Amar Imache, Si Djilani et tant de militants ayant accompagné l’Etoile nord-africaine, ensuite le PPA – Mtld et enfin le FLN avec Ali Laïmèche et tant d’autres, souvent de jeunes lycéens ayant choisi le combat de l’honneur contre la «paix des étables». La raison à cela est simple et complexe à la fois. Pour résumer on peut dire que la Kabylie faite de pitons aux terres ingrates et schisteuses a vu partir ses enfants vers des terres d’immigration pour assurer la survie de la famille restée au pays. Durant cet exil, jamais voulu mais plutôt subi, les jeunes Kabyles ont eu à côtoyer des hommes et des femmes à la culture et aux moeurs différentes. C’est dans ces terres d’exil qu’est née l’idée nationale moderne au contact des idées d’ailleurs. Les jeunes «exilés», notamment ceux frottés d’un peu de culture, s’ouvrirent aux idées nouvelles et le sentiment national se fortifia. C’est d’ailleurs dans les rangs de l’émigration surtout que se forgèrent les armes de combat comme les partis politiques. Après l’ENA, la glorieuse ENA et le PPA – Mtld, ce furent le Crua d’abord et le FLN ensuite, suivi quelques mois plus tard du MNA. Ce dernier étant plus dirigé vers la lutte contre le FLN que pour l’indépendance, le vieillard assigné à Niort, Messali Hadj, était alors en «dehors du coup».

En fait, l’histoire récente de la Kabylie se confond avec celle du mouvement national. A la veille de Novembre et selon feu le colonel Ouamrane qui l’affirmait devant les sunlights de la télévision, les rangs révolutionnaires comprenaient au moins deux tiers de militants issus de Kabylie alors que l’encadrement l’était à plus de 75%. Les Abane, Krim, Didouche, Ouamrane, Amirouche et autres Ali Mellah pour ne citer que les plus connus sont là pour témoigner de l’engagement de la région. Sans oublier ceux-là-mêmes qui aujourd’hui encore sont sous le joug de la lutte pour un autre devenir. La seule daïra de Draâ El Mizan, en Kabylie, a fourni à la révolution cinq colonels: Krim, Ouamrane, Ali Mellah, Zamoum et Dehilès. Des cinq, seul Dehilès est encore en vie. Larbaâ Nath lrathen a fourni outre des bataillons de militants, notamment l’un des plus grands comme Radjef Belkacem, des combattants dont certains ont eu à contrer les généraux Faure et Olié durant l’épopée libératrice sans oublier le géant Abane Ramdane, le fils d’Azzouza. Comment citer tous ceux-là qui firent que Novembre fût possible et ceux-là aussi qui hissèrent haut le drapeau de l’éveil national. En ces jours d’août, on ne peut que nous incliner devant leur mémoire avec respect et reconnaissance.

Que de paradoxes
Une fois ce glorieux passé brossé quoique rapidement, il semble bon de revenir sur le présent pour essayer d’expliquer le temps présent. La région, sortie de la guerre d’indépendance exsangue, laminée, déchirée, meurtrie, a dû s’enfoncer durant les premières années dans une violence inouïe. Les maquis du FFS de 1963 ont laissé dans le vécu des populations des traces indicibles. Ensuite, ce fut une longue nuit avec le parti unique et la pensée unique. La kasma du coin ayant pratiquement droit de vie et de mort sur de pauvres hères. L’entreprise d’effacement de la mémoire mise en branle fit réagir des jeunes, d’abord dans l’émigration puis au pays, avant que n’éclatent les événements du printemps amazigh d’avril 1980.

Avril 1980 a décillé bien des yeux et le combat pour la liberté et la démocratie rejoint celui des aînés. Avec le temps et grâce à Avril 1980, le peuple se réveille et décide de prendre en charge sa destinée par une révolution se voulant pacifique. Mais l’islamisme apparaît et change la donne. Certes, en Kabylie, les idées islamistes souvent rétrogrades n’arrivent pas à accrocher ou si peu, la région ayant versé dans la mouvance démocratique dès les débuts. Mais le développement de la situation a fini par rattraper la Kabylie et, dès 1992, on a assisté à la naissance des maquis terroristes. A l’époque, Benhadj, devant rallier la région, est du pays, se désolait dans un discours d’avoir à traverser «bilad el kouffar», allusion à la Kabylie. Plus tard et dans un autre registre, feu Nahnah s’illustra en s’en prenant à la dépouille de Matoub Lounès. Attirés par le relief et aussi par le couvert végétal de la région, les terroristes islamistes s’installent dans les massifs de la région. Sidi Ali Bounab et Boumahni ainsi que certaines régions du Djurdjura ont ainsi été infestées d’abord par les énergumènes du GIA, ensuite par ceux du Gspc. Les villages qui ont eu recours d’instinct aux «précautions» d’antan ont vu aussi certains des leurs prendre les fusils de l’honneur. Certes, il s’est trouvé notamment des jeunes qui ont été «aveuglés» par le pouvoir du dinar roi et, pour quelques subsides, ont versé dans l’islamisme radical, mais le gros de la population ne partage guère les idées et les objectifs de ces desperados de l’Islam radical. Aussi les forêts et massifs de Kabylie qui sont souvent ratissés ne sont-ils «peuplés» que par d’individus venus d’ailleurs.

La Kabylie assiste malgré elle à cette présence et voit dans les ratissages l’un des moyens idoines de nettoyer ces lieux. Les gens de loin peuvent s’imaginer que ces terroristes jouissent de logistique et de l’aide des populations, ce qui est évidemment loin d’être la réalité. Des jeunes, comme il est suggéré en supra, peuvent être très bien tentés par l’argent mais le gros des «troupes» de l’islamisme radical provient d’ailleurs. Dans quelques villages, ce sont des jeunes dont les parents sont originaires de la région et ayant vécu ailleurs qui ont ramené dans leurs bagages des idées étranges et souvent meurtrières. Le seul moyen de lutter contre cet épiphénomène est le développement. Cependant voilà: alors que le président a promis un plan quinquennal et une enveloppe des plus conséquentes pour la région, il faut croire que l’argent n’est pas encore là ou alors – et c’est la crainte de tous – les projets sont en «dormance». On frémit rien qu’à cette idée et les sorties du wali devant l’exécutif semblent corroborer cela. Ce dernier n’arrête pas de souligner les retards dans les réalisations et déplore que le travail, soit se fait mal, soit, pis, ne se fait pas du tout. Un espoir existe car ce chef de l’exécutif a montré une volonté certaine de tout faire pour relancer le développement de la wilaya. Seul le développement bien pensé de la région peut sauver la jeunesse et lui redonner espoir. Aujourd’hui, le seul mot à la bouche chez ces jeunes est l’émigration ou l’exil. Il est temps de redonner à cette population juvénile des repères: Novembre en est un.

source : l’Expression

Haut

D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
machinesabois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elayam.3 ا...
| FCPE Lionel Terray
| LUGAR DO DESENHO-LIEU DU DE...