• Accueil
  • > Abordage de la flottille en route vers Gaza : Israel horrifie le monde

1 juin, 2010

Abordage de la flottille en route vers Gaza : Israel horrifie le monde

Classé dans : — eldzayer @ 14:48

  

Abordage de la flottille en route vers Gaza : Israel horrifie le monde oppressioninpalestine  

 zedfef

 dilem1 

  

suffit

Le Collectif national pour une paix juste et durable entre palestiniens et israéliens (CCIPPP) nous a fait parvenir le communiqué suivant :

La solidarité avec la lutte du peuple palestinien devient le symbole d’une bataille contre la barbarie, contre la loi de la jungle que pratique Israël. [...] A nos camarades de la Flottille morts pour la liberté de Gaza,  et pour soutenir la Palestine, à nos camarades blessés, à ceux et celles d’entre eux emprisonnés dans ce camp construit à la hâte à Eshdod : plus que jamais, nous continuons !

                                                 Un État criminel et voyou
 

Ce ne sont pas des mots de colère face au nouveau crime israélien.  Pas uniquement, même si la colère est totalement justifiée. Mais ce sont les adjectifs qui caractérisent cet Etat. Israël n’arrive à vivre que par le crime : du crime originel de la Naqba, aux expropriations ininterrompues des terres, aux expulsions des palestiniens, aux massacres qui, chacun, porte un nom. Cette fois, la tuerie s’est produite dans les eaux internationales, visant des militants de 40 pays, dont des américains et des européens.
C’est un Etat raciste en plus : le plan israélien avait prévu d’attaquer avec une particulière violence le navire turc, et de tirer en plein sur ses voyageurs ! Ce sont finalement des sous-hommes puisque essentiellement des Turcs ! Exactement comme le sont les Palestiniens ou les libanais aux yeux d’Israël.
D’ailleurs, la justification israélienne de l’attaque est bien éloquente : ce ne sont pas des pacifiques, mais des soutiens à une organisation terroriste (le Hamas) !! Il est donc légitime de les traiter de la sorte.
Deuxième argument qui dit long sur le mode de pensée israélien : ils ont résisté à l’assaut !!Avec des bâtons, c’est vrai, mais les israéliens supposent que tout le monde doit se soumettre à leurs ordres.
Cependant, 3 points s’imposent aujourd’hui comme des évidences :
 La Turquie est désormais, et pour la première fois, partie prenante du conflit ! il est intéressant de comprendre le calcul israélien qui a mené à cette situation.
 La conduite politique de la communauté internationale a l’égard d’Israël est stérile et contreproductive. Soustraire Israël à toute obligation d’appliquer les résolutions des Nations unies, l’Inviter a devenir membre de l’ OCDE, destiner le rapport Goldstone aux oubliettes, essayer d’élever le degré de coopération entre l’UE et Israël, désigner une promenade a Paris au nom de Ben Gourion…Tout ceci protège les agissements israéliens , et les encourage.
 La solidarité avec la lutte du peuple palestinien devient le symbole d’une bataille contre la barbarie, contre la loi de la jungle que pratique Israël.
Il est possible qu’Israël ait voulu, via son acte criminel de ce lundi 31 mai, intimider les militants internationaux et les dissuader de continuer à organiser ces initiatives. Il est par contre certain que son image a pris un nouveau coup. Face à la campagne BDS, Israël criait que c’était une tentative pour la « délégitimer » !
En fait, Israël veut être totalement libre : libre de tuer comme il  l’entend, de nier l’existence du peuple palestinien comme il l’entend, ou de nier son humanité en en disposant comme bon lui semble.
Après l’attaque criminelle sur Gaza l’an dernier, nous avions dit  que nous n’oublierons pas. Depuis, nous avions travaillé pour lancer la campagne BDS France, avions participé à la Marche de la liberté pour Gaza qui a été bloqué au Caire, avions continué à envoyer des missions  en Palestine, et enfin avions participé à la Flottille.
A nos camarades de la Flottille morts pour la liberté de Gaza, et pour soutenir la Palestine, à nos camarades blessés, à ceux et celles d’entre eux emprisonnés dans ce camp construit à la hâte à Eshdod : plus que jamais, nous continuons !

La coordination nationale de la CCIPP

dilem
doc 31/05/2010
FFS Communiqué Urgent 

FRONT DES FORCES SOCIALISTES SECRETARIAT NATIONAL Alger, le 31 mai 2010

COMMUNIQUE

L’abjecte et honteuse attaque de l’armée Israélienne contre la « flottille de la liberté » transportant des aides et du matériel médical à la population palestinienne de Gaza, est un crime inadmissible et condamnable.

C’est un acte qui relève de la « piraterie » que les Instances internationales doivent condamner fermement. Se taire devant ce crime est une lâcheté aux conséquences incalculables.

L’abdication des « Etats » arabes et leur renonciation au devoir de défendre les intérêts de leurs peuples exigent de chacun de nous, de nous tous et de l’opinion publique, en général, une prise de position claire et responsable.

Le Front des Forces Socialistes exprime sa solidarité entière au peuple palestinien et condamne avec la plus grande fermeté cette attaque indigne et lâche.

Le FFS interpelle les partis membres de l’Internationale Socialiste et les Instances internationales afin d’agir pour mettre fin à cette intolérable injustice contre le peuple palestinien désarmé.

Le premier secrétaire Karim TABBOU

  

Image de prévisualisation YouTube  

  

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

  

Ajuster la taille du texte: font_decrease font_enlarge

image

Israel horrifie le monde après son dernier forfait : des dizaines de passagers de la flottille internationale de citoyens  pro-palestiniens qui se dirigeait vers Gaza ont été tués lors de l’abordage meurtrier d’un commando israélien.

La flottille internationale acheminant des centaines de militants pro-palestiniens et de l’aide pour Gaza avait appareillé dimanche après-midi pour le territoire palestinien.

Les bateaux, au nombre de six selon les organisateurs, qui veulent briser le blocus de la bande de Gaza par Israël, sont partis en milieu d’après-midi pour leur destination finale, a déclaré à l’AFP Houwayda Arraf, présidente du mouvement Free Gaza, jointe au téléphone par l’AFP

Le convoi naval humanitaire devrait faire une halte à la limite des eaux internationales avant de tenter de parvenir au but lundi matin, avait auparavant affirmé à Gaza le président du Comité pour la levée du blocus, le député palestinien indépendant Jamal al-Khoudari.

C’est sauvagement que l’armée israélienne d’occupation (en besoin de gloire) a attaqué ce matin à 4h la flottille de la liberté formée de militants totalement pacifistes dans les eaux internationales.
Des images tournées depuis le bateau turc, mises en ligne sur internet, montrent des commandos vêtus de noir descendre d’hélicoptère sur le navire, puis des affrontements avec les militants, ainsi que des personnes blessées étendues sur le pont.

« Sous le couvert de l’obscurité, les commandos israéliens ont sauté d’hélicoptère sur le cargo turc Mavi Marmara et commencé à tirer au moment où leurs pieds ont touché le pont », selon un récit mis en ligne sur le site du mouvement Free Gaza, à l’initiative de cette traversée.

Les dernières informations dont nous disposons font état d’au moins dix-neuf passagers tués.

   Réactions

Alors que l’ONU s’est dite « choquée » et que l’Union européenne demandait une « enquête complète » d’Israël sur les circonstances du raid, la Turquie, dont plusieurs ressortissants feraient partie des victimes, a prévenu Israël de « conséquences irréparables » sur les relations bilatérales.

Le gouvernement israélien a accusé les passagers de la flottille d’avoir « déclenché les violences ».
« Nous avons fait tous les efforts possibles pour éviter cet incident. Les militaires avaient reçu des instructions selon lesquelles il s’agissait d’une opération de police et un maximum de retenue devait être observé », a expliqué le porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Mark Regev.
« Malheureusement, ils ont été attaqués avec une extrême violence par les gens sur le bateau, avec des barres de fer, des couteaux et des tirs à balles réelles », a-t-il souligné.
Selon le porte-parole de l’armée israélienne, le général Avi Benayahu, l’opération de commando s’est déroulée dans les eaux internationales.

La Turquie, qui a prévenu Israël de « conséquences irréparables » sur les relations bilatérales, a rappelé son ambassadeur en Israël, a annoncé lundi le vice Premier ministre turc Bulent Arinc.
Alors qu’à Istanbul, plusieurs milliers de personnes manifestaient aux cris de « Mort à Israël! », l’Etat hébreu a appelé ses ressortissants à ne plus se rendre en Turquie.

En Grèce, où le gouvernement a annulé une visite du chef d’état-major de l’armée de l’air israélienne prévue mardi, une ONG faisant part à la flottille a indiqué qu’un bateau grec avait essuyé des tirs à « balles réelles » à partir d’hélicoptères et de canots gonflables israéliens.

A Gaza, le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle l’enclave palestinienne, a appelé les Arabes et les musulmans à un « soulèvement » devant les ambassades d’Israël.
Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a dénoncé une « attaque barbare » contre la flottille. De son côté, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a condamné le « massacre », réclamé la tenue de réunions urgentes du Conseil de sécurité de l’ONU et décrété trois jours de deuil dans les territoires palestiniens.

La Ligue arabe a annoncé qu’elle allait tenir une réunion extraordinaire mardi.
Ce raid intervient à la veille de la rencontre à Washington du Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président américain Barack Obama.

Vu d’Israel :  » C’est un désastre. Peut-être faudra-t-il des mois voire des années pour faire oublier le sanglant épisode. »

Ajuster la taille du texte: font_decrease font_enlarge

image

Par Jean-Marie Hosatte, à Jérusalem 

Le gouvernement de Benyamin Netanyahou se retrouve dans une position intenable. L’armée israélienne a intercepté, lundi trés tôt, à l’aube, une flotte internationale avec à son bord 700 militants pro-palestiniens et de l’aide humanitaire à destination de Gaza. L’opération a fait au moins 19 morts et provoque de nombreuses réactions indignées à travers le monde. À Jérusalem, le sentiment est qu’Israël est tombé dans un piège. Peut-être faudra-t-il des mois voire des années pour faire oublier le sanglant épisode.

En revanche, pour les adversaires d’Israël, les gains politiques du bain de sang de cette nuit sont incalculables :

- Le gouvernement turc qui ne cesse de se rapprocher des positions de la Syrie et de l’Iran va tenter de convaincre ses alliés occidentaux qu’il n’a pas d’autre choix.

- La Syrie , mal à l’aise sur la scène internationale depuis que Damas a offert des Scuds au Hezbollah, va tenter de se faire oublier en brandissant très haut le drapeau de la libération de la Palestine.

- L’Autorité palestinienne, aujourd’hui pressée par l’administration américaine, va pouvoir ajourner sine die des négociations indirectes avec le gouvernement israélien sur les frontières d’un futur État palestinien.

- Les ONG dont la crédibilité s’était effondrée depuis que Marc Galasco, l’ancien responsable de Human Rights Watch, l’association la plus acharnée à décrire Israël comme un pays dangereux pour la paix du monde, a reconnu ses sympathies pour le nazisme, ont désormais une occasion de redorer leur image.

- L’Iran , enfin va pouvoir exiger des Occidentaux de lourdes sanctions contre Israël à défaut de quoi Téhéran aura toute liberté pour dénoncer une morale internationale qui condamne les musulmans et pardonne tout aux Israéliens.

Le désastre politique pour Israël pourrait se doubler d’une crise majeure avec les Arabes israéliens qui supportent de moins en moins d’être considérés comme des collaborateurs par les autres Palestiniens.

Mais le pire serait maintenant que le Hezbollah ne prenne prétexte de ce qui s’est passé cette nuit en Méditerranée pour lancer une attaque contre Israël. Tsahal n’aurait plus alors d’autre choix que d’attaquer le Liban pour en finir avec les miliciens chiites et les centaines de Gardiens de la Révolution iraniens, déployés au pays du Cèdre par Téhéran dans la perspective d’un conflit avec Israël.

Israel condamné même par ses alliés !

Ajuster la taille du texte: font_decrease font_enlarge

image

Le raid meurtrier israélien contre une flottille internationale en route vers Gaza a suscité lundi des condamnations unanimes de la communauté internationale, de nombreux pays le jugeant «inacceptable» ou «disproportionné».

En Europe, les condamnations ont été sévères: «complètement inacceptable» pour la Suède, «totalement disproportionné», «grave et préoccupant» pour l’Espagne, «réponse totalement inacceptable» à une mission humanitaire pour l’Irlande.

L’Allemagne a jugé l’assaut «à première vue disproportionnée», comme la Belgique, et l’Italie a «déploré» le «meurtre de civils».

«Rien ne saurait justifier l’emploi d’une telle violence», a déclaré de son côté le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, «profondément choqué».

La Grèce a mis fin immédiatement à un exercice aérien commun avec Israël en en cours en Crète (sud).
Les ambassadeurs à Bruxelles des 27 pays de l’Union européenne devaient se retrouver pour une réunion extraordinaire lundi après-midi pour faire le point.

La chef de la diplomatie de l’UE Catherine Ashton a réclamé à Israël «une enquête complète sur les circonstances» du raid. De nombreuses capitales ont demandé que la clarté soit faite sur un assaut qui a fait au moins 19 morts, selon une chaîne de télévision israélienne, dans des circonstances encore imprécises.

La Grèce, la Turquie, l’Irlande, la Suède, la Norvège, le Danemark, la Belgique, l’Autriche et l’Espagne, qui assure la présidence tournante de l’UE, ont convoqué les ambassadeurs israéliens pour leur demander des explications.

Alors que l’Autorité palestinienne et la Turquie réclamaient une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est dit «choqué» par l’assaut de l’armée israélienne contre la flottille qui voulait briser le blocus auquel est soumis Gaza depuis 2007.

Qualifiant le raid de «massacre», le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a décrété trois jours de deuil dans les territoires palestiniens.

La Turquie, autrefois un des rares alliés d’Israël au Proche-Orient, a rappelé son ambassadeur en Israël et prévenu que l’incident pouvait «entraîner des conséquences irréparables sur (les) relations bilatérales».

lematin.jpg

Composée de prix Nobel, de personnalités éprises de paix, de militants des droits de l’homme, de citoyens du monde soucieux de lever le sauvage embargo sur Ghaza, la flottille de la Liberté n’avait rien d’une expédition de guerre.
De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
Les occupants de la flottille ne voulaient ni punir Israël, ni même préparer un quelconque plan de paix. Ou de règlement du conflit israélo- palestinien. Ils transportaient des vivres, des médicaments, des béquilles et des cannes pour les nombreux Palestiniens que la sauvagerie israélienne avait handicapés l’hiver dernier. Préparée avec tact, minutieusement, sans provocation, la flottille avait même pris soin de contacter les autorités israéliennes pour se diriger vers Ghaza. A quelques jours, voire à quelques heures avant l’attaque israélienne contre les humanitaires, rien ne laissait présager un tel déferlement de haine, de violence et d’actes guerriers. Le gouvernement israélien semblant même vouloir passer l’orage pour ne pas trop rendre de comptes à ses détracteurs. Selon toute vraisemblance, la décision de s’occuper de façon guerrière de la flottille a été prise par les militaires. Les vrais décideurs, en fait en Israïel. Ce qui, hélas, préparera la région à une escalade d’une ampleur peut-être jamais égalée. Les hésitations de B. Obama, les déclarations d’encouragement de H. Clinton à la politique d’Israël, l’alignement français sur les thèses de Tel-Aviv, grâce au militantisme sans vergogne de Bernard Kouchner en faveur d’Israël, la crise financière mondiale et le peu de crédibilité de la Ligue arabe ont-ils joué en faveur de cette grave décision israélienne ? Exclues de l’analyse, l’erreur ou la bévue. Tel-Aviv, scientifique, froid, calculateur ne sacrifie rien au hasard. Si cette décision a été conçue et appliquée pour démanteler la flottille de la Liberté, c’est qu’elle répond à des objectifs précis, chirurgicaux. Nous saurons lesquels dans les jours et les semaines à venir. D’ores et déjà, il est certain qu’Israël ne s’accommode plus d’aucun plan de règlement de la question palestinienne. Les concessions sur concessions faites par les Palestiniens et la modération excessive de Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne — quelle autorité ? — encouragent Tel-Aviv à ne rien céder, ni d’essentiel, ni d’accessoire. La Ligue arabe a convoqué une réunion d’urgence pour étudier l’affaire. Qui peut encore croire que la structure architecturale cairote peut apporter quelque chose de positif aux Palestiniens ? Pour autant, il faut le relever, beaucoup d’hommes politiques européens, et non des moindres, ont été ulcérés par cet acte sauvage et sans précédent d’Israël. Tel-Aviv prépare d’autres actes guerriers, cela est certain. Sans doute contre Ghaza en premier. 
A. M.

 lesoir.jpg

Laisser un commentaire

D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
machinesabois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elayam.3 ا...
| FCPE Lionel Terray
| LUGAR DO DESENHO-LIEU DU DE...