28 mai, 2011

Fabulation de Ben Bella

Classé dans : — eldzayer @ 12:16

Fabulation! Fabulation de Ben Bella ben


Voilà donc que l’on fabule sur le 1er Novembre allant jusqu’à se l’approprier et assurer «le 1er Novembre, c’est moi!». Rien que ça! A la limite on aurait accueilli cette pantalonnade avec un  haussement d’épaules si elle ne confortait un état d’esprit qui dévalorise les valeurs de la Révolution. Le mal est profond et, si cela se trouve, le bonhomme croirait réellement à ce qu’il dit. Ce qui serait le comble. En fait, pourquoi s’étonner lorsque l’Histoire du mouvement national a été tellement manipulée qu’il est devenu impossible de tirer le vrai du faux. Et le faux, c’est déjà la date de l’Indépendance, fixée au 5 Juillet 1962, alors que la France a reconnu l’existence officiellement et solennellement du nouvel Etat le 3 juillet, après le référendum positif du 1er juillet 1962. Un curieux maelström spatio-temporel a fait que notre pays n’a pas eu d’existence durant 48 heures. Ce n’est là que l’un des aspects de cette manipulation des faits qui a défiguré le mouvement national et l’Histoire contemporaine de l’Algérie que l’on n’a pas racontée à nos enfants qui n’en connaissent que des bribes. On reste toutefois médusés à lire le propos de quelqu’un, demeuré loin des faits de la guerre de Libération, affirmer «le 1er Novembre, c’est moi». Lui? Or, le 1er Novembre 1954, est une somme d’insurrections venues de loin, préparée par des milliers de patriotes algériens regroupés dans l’Etoile nord-africaine (ENA), puis le Parti du peuple algérien (PPA), l’Organisation spéciale (OS) le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (Mtld), l’Union démocratique du Manifeste algérien (Udma), le Comité révolutionnaire pour l’Unité et l’Action (Crua) et enfin le Front de libération nationale (FLN) qui déclencha la lutte armée pour la libération de la patrie. Voilà tout un processus – sans remonter aux révoltes des Aurès (1871), de la Kabylie (avec les cheikhs Ahaddad, et El Mokrani (1870), celle des Ouled Sidi Cheikh (1881-1908), le Mouvement des Jeunes Algériens de l’Emir Khaled (1912), les sanglantes journées du 8 Mai 1945 – qui mobilisa des milliers d’Algériens réduits, donc, à la personne d’un mégalomane dont la participation à la mise en place du mouvement national reste encore à démontrer. Mais pouvait-il en être autrement lorsque l’Histoire – qui devait enseigner aux Algériens ce qu’ont été les luttes du peuple algérien tout au long des siècles pour réhabiliter son identité et pour récupérer son territoire – fut phagocytée par les annales «officielles», par une sélection drastique, d’où a été éliminé tout ce qui n’entrait pas dans les normes des nouveaux maîtres du pays? En fait, c’était là l’une des amères réalités de l’Indépendance, l’Algérie qui pensait avoir recouvré sa souveraineté et reconquis son identité, s’est retrouvée avec de nouveaux maîtres, et les sanglantes journées de juillet 62 n’ont été que les prémices à la grande falsification du mouvement national algérien. A juste raison, le colonel de la Wilaya I historique, Tahar Zbiri, signalait déjà en 2004, à l’occasion du 50e anniversaire du 1er Novembre, que «de nombreux responsables qui ont accaparé le pouvoir depuis 1962, ont tout fait pour occulter l’Histoire dans laquelle ils n’ont pas joué les grands rôles». Voilà une vérité qui était bonne à dire, qu’il fallait dire, pour rafraîchir quelque peu les mémoires. De fait, l’histoire de la Révolution est encore à écrire, hors de toute tutelle et en toute indépendance. C’est cela le paradoxe, et non des moindres, d’un pays qui a été capable de révolutionner les conceptions que le monde se faisait du fait colonial, mais inapte dans le même temps, à assumer son Histoire, laissant dans l’oubli des pans entiers de la mémoire nationale collective. Est-il dès lors étonnant que les pages du livre de l’Histoire de la Révolution de Novembre demeurent, à ce jour, blanches, donnant au premier venu de fabuler sur la Révolution?

Noureddine MERDACI

benbella

Ben Bella,l’homme des Moukhabarate égyptiennes aux cotés de Nacer
Par Nordine Aït Hamouda député RCD

La dernière sortie de Ben Bella pose, une fois de plus, la place de l’Histoire dans la vie politique nationale. «Un âne bâté», c’est le qualificatif qu’use l’épouse d’Abane pour qualifier Ahmed Ben Bella. Cette réaction a suivi les ignominies qu’il a déversées contre Abane Ramdane et les acteurs du Congrès de la Soummam. Signalons au passage que dans le procès que la veuve de l’artisan de la révolution avait intenté à Ali Kafi pour diffamation d’Abane, elle s’était retrouvée seule au tribunal. Les incohérences et les outrances de Ben Bella sont des constantes dans un parcours marqué par une indigence intellectuelle que n’ont suppléée ni les années passées en prison ni l’aisance matérielle dans laquelle il a toujours baigné dans le mouvement national et la vie politique algérienne en général quand il était libre. 
Une instabilité originelle 
La lecture de sa déposition, le 12 mai 1950, dans l’affaire de l’attaque de la poste d’Oran, devant l’officier de police judiciaire, Havard Jean, aujourd’hui sur le net, est stupéfiante. Sans subir la moindre violence, il s’efforce, avec une précision d’horloger, de donner et d’enfoncer tous ses camarades et de faire valoir ses états de service pour la France. «J’ai fait la campagne de France 1939-1940, puis la campagne d’Italie. J’ai été démobilisé avec le grade d’adjudant en juillet 1945. Je suis titulaire de la médaille militaire avec 4 citations. Je n’ai jamais été condamné, je suis lettré en français.» Bien évidemment, Ben Bella souligne son intégration française pour mieux se démarquer de ses co-accusés qui, eux, n’ont pas eu «la chance» d’avoir servi le drapeau français avec tant d’enthousiasme. Ce qui l’amène à expliquer aux renseignements généraux que : «Comme dans tous les partis politiques, il y a les réfléchis, les pondérés, les exaltés, les violents qui trouvent qu’on n’en fait pas assez… et c’est toujours sous la pression des perturbateurs et pour céder à leurs exigences que certains actes de violence sont commis. Parmi eux, je citerai le cas de l’attaque de la poste d’Oran. Je vais dans le détail vous dire tout ce que je sais. Je ne peux pas vous dire si c’est Madjid (Aït Ahmed) qui était à ce moment-là le chef de l’OS ou bien le député Khider, qui a imaginé ou conçu ce coup de force. En tout cas, cette affaire n’a pas pu se réaliser, à condition que ce soit Madjid qui l’ait conçue sans en référer à Khider.» Tous les militants de l’OS, y compris les plus clandestins, y passent : avec leurs fonctions, les réunions, leurs dates et lieux, les sources d’argent de l’organisation pour conclure sur : «J’ai appris par Madjid lui-même que l’argent (de la poste d’Oran) avait été transporté chez Boutlelis où le député Khider devait prendre livraison. Le produit du vol (la poste d’Oran) a été entièrement versé au MTLD par Khider, la somme d’argent découverte chez Kheder, le chauffeur, représentait un prêt consenti par l’OS pour lui permettre de monter un garage personnel. Si par la suite il me revenait certains détails, je ne manquerais pas de vous en faire part ou de les dire au juge d’instruction. » C’est un document qui s’apparente plus à un rapport de mission qu’à des informations arrachées ou glanées sur un ennemi. Comment un homme aussi fragile a-t-il pu rebondir dans le mouvement national et, pire, s’imposer à tous ses acteurs ? Sans verser dans la paranoïa ambiante, nous verrons dans la suite de cette intervention que c’est parce que les grands choix d’après-guerre ont échappé très tôt aux Algériens. Ben Bella, qui n’entreprit aucune action significative pendant son passage à l’OS, a, par contre, eu le temps de connaître tous les rouages de l’organisation. Le résultat de sa collaboration avec l’administration française se chiffre par des centaines d’arrestations en chaîne (363 dont 251 présentés devant la justice), le démantèlement total de l’OS (hommes, armes, explosifs, caches, complicités…) et la reconstitution des liens de la structure clandestine avec le MTLD qui activait encore dans la légalité. Le désarroi semé par cette «coopération» parmi ses codétenus à la prison de Blida avait poussé Amar Ould Hamouda (1) à tancer vertement Ben Bella pour avoir donné tous les militants de l’OS de l’Oranie dont il connaissait la plus grande partie. Vu sous l’angle des dégâts qu’il n’aura de cesse d’assener à l’Algérie ; on peut croire Ben Bella quand il déclare que son plus haut fait d’armes est l’attaque de la poste d’Oran. Le personnage se plaçait déjà sur une démarche qu’il n’a jamais abandonnée : étranger aux souffrances et aspirations du peuple algérien, il sera rapidement repéré et sponsorisé par la France et plus tard par Gamal Abdennacer. Il s’est ainsi, très tôt, ouvert la voie pour se faire introniser à la tête du premier gouvernement de l’Algérie indépendante par la force de deux puissances étrangères contre la direction légale de la révolution. Ceci étant dit, et toujours sur le registre anti-algérien, il passe sous silence dans ses sorties un autre exploit, il est vrai obtenu après l’indépendance. L’élimination de 450 moudjahidine de Kabylie dans la crise de 1963, avec le concours de Boumediène. Pour l’Histoire, il faut dire que cette fois-ci, il a été grandement aidé par la politique d’exclusion de son ex-compère de la délégation extérieure du Caire, Hocine Aït Ahmed, qui a semé doute et désespoir en voulant rester le seul opposant et en condamnant, dès le départ, une insurrection qu’il avait chevauchée en cours de route. On remarque, cette fois encore, que la relation des deux compères est à la fois singulière et complexe. En effet, Aït Ahmed qui entretient des rapports en dents de scie avec Ben Bella s’est bien gardé de répondre à l’attaque de ce dernier. Mais ceci est une autre histoire.
L’histoire à contre-courant
Revenons au parcours de Ben Bella dans les années 50, à commencer par son évasion de la prison de Blida. Cette étrange évasion, de l’avis de plusieurs acteurs de l’époque et même de ceux qui connaissent cette prison, le mène directement au Caire, où c’est désormais établi, il est aussitôt pris en charge par le chef des moukhabarate égyptiens, Fethi Dib, qui se chargera de le présenter à Nasser. Membre de la délégation extérieure du MTLD, les services égyptiens et français mettent tout leur poids pour le présenter comme le chef de l’insurrection algérienne allant jusqu’à lui attribuer la paternité de l’appel du Premier Novembre alors que le rôle mineur des membres de la délégation extérieure est de notoriété publique. Mais comme dans de nombreuses batailles, il y a ceux qui les préparent, ceux qui les font, ceux qui les subissent et ceux qui, tapis dans l’ombre, en guettent les dividendes en cas de succès : Ben Bella a toujours appartenu à cette dernière catégorie. Il le démontre encore aujourd’hui. Pour l’enfant gâté, la détermination, la conviction et l’énergie de Boudiaf déployées pour ouvrir une issue à la crise du mouvement national et remobiliser ses camarades ne sont qu’une agitation d’activiste. C’est monsieur Ben Bella qui aurait tout commandé à partir des résidences cossues des moukhabarate égyptiennes. L’imposture ne fait que commencer. Sans légitimité politique et se cachant derrière les blindés de Boumediène, il se distingue, le 5 juin 1962, lors de la réunion du CNRA à Tripoli en menaçant le président Ben Khedda de lui «enlever publiquement le pantalon». Au diable la légitimité de toutes institutions et la légalité du pouvoir. La culture du pouvoir officiel venait de naître. Elle dure toujours. Auparavant, chargé d’acheminer des armes pour les maquis de l’intérieur, il les détourne, sur ordre de Nasser, au profit des opposants au président Bourguiba qui était en désaccord avec les prétentions du Raïs égyptien à régenter l’ensemble des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Il est inutile de dire que ces armes ont été achetées grâce aux sacrifices des travailleurs algériens, en particulier ceux de l’émigration. Le voyage de Ben M’hidi, au Caire, fait au risque de sa vie, ne changera rien à la conduite de l’agent de Fethi Dib. Après une discussion houleuse avec Ben Bella, Ben M’hidi décide de rentrer au pays pour rejoindre, une nouvelle fois, la résistance. Lui aussi rejette catégoriquement le fait que les Egyptiens s’immiscent dans les affaires de la délégation extérieure du FLN et dénonce particulièrement le choix fait par Fethi Dib sur Ben Bella pour en faire l’interlocuteur exclusif du FLN auprès du maître du Caire. Pour le reste et avant d’être intercepté par les Français, en octobre 1956, alors qu’il n’a eu comme seule conduite que de se tenir loin du front de la lutte armée, Ben Bella s’est acharné à semer la division et la démoralisation par le biais de son acolyte Ahmed Mahsas, envoyé en Tunisie pour détruire la Wilaya I, casser du Kabyle et jeter l’anathème sur les résolutions du Congrès de la Soummam. Il a fallu l’intervention radicale du CCE, qui a emprisonné Mahsas, pour arrêter le travail de sape commandité par Ben Bella. Il est vrai que pour quelqu’un que les services égyptiens et français destinent à gouverner l’Algérie, la stratégie de la division était normale. Il fallait se préserver et détruire toute autre alternative. C’est ce à quoi Ahmed Ben Bella s’attelle pendant que d’autres combattent et exposent leur vie. Il veut même délocaliser le Congrès de la Soummam pour que les militants de l’intérieur viennent vers lui à San Remo, en Italie. Après cela, il accusera Abane de l’avoir écarté de la réunion. Le monde à l’envers !
 

Les séquelles de la falsification 
Aujourd’hui, à l’heure d’internet et de la globalisation, les médias éclairent d’un jour nouveau des faits et des pseudo-légitimités, traités jusque-là par les seules officines du système. L’épisode du détournement, par le gouvernement français, de l’avion menant Boudiaf, Khider, Aït Ahmed, Lacheraf, Ben Bella, du Maroc vers Tunis est à méditer. La photographie des cinq insurgés diffusée dans la presse est le produit d’un montage exécuté par un gendarme français à l’aéroport d’Alger qui intima l’ordre à Boudiaf, qui tenait un classeur, de le remettre à… Ben Bella. La surmédiatisation du rôle de ce dernier (on parlait de l’avion de Ben Bella) symbolisée aussi par la question de De Gaule : «Je crois que quelqu’un m’a posé une question sur Ben Bella» alors que personne ne l’avait cité en dit long sur le marketing français mené en faveur de l’homme d’Oujda. Plus tard, porté par l’ivresse du parvenu et, sans doute briffé par Pablo (Michel Rabtis dirigeant trotskyste français et conseiller de Ben Bella), il se hasarde même à disserter sur la théorie de «l’Etat et la Révolution» pour assener au milieu d’un discours prononcé à l’occasion du congrès du FLN (16-21 avril 1964) qu’«il faut combattre sans répit ceux qui affirment que la construction d’un Etat est un préalable à la révolution. Un telle voie aboutirait, si on la prenait, à remettre le pouvoir entre les mains de ceux qui possèdent la culture et l’expérience politique»!! Sans commentaire. Sans états d’âme, le protégé des services français et néanmoins agent direct de Fethi Dib était, tour à tour, respectueux de l’ordre de la France coloniale pour sauver sa peau en enfonçant ses camarades, arabiste contre les Kabyles pour éliminer de dangereux rivaux politiques, islamiste contre la liberté et l’islam populaire des Algériens et contre «ceux qui possèdent la culture » dans l’Algérie indépendante. Pour compléter ce slalom, il arborera longtemps le col Mao avant de replonger dans l’exhibition islamiste. Si le coup d’Etat de juin 1965 a eu raison de la mégalomanie du personnage, le système est toujours dominé par une mémoire de l’indigénat et sur ce point précis, Ben Bella n’est que l’acteur le plus emblématique d’une tendance générale où chacun fait évoluer l’Histoire, non pas en fonction de l’apport de nouveaux documents ou témoignages, mais selon les positionnements politiques de l’heure. Des hommes comme Mohamed Harbi n’échappent pas à ces tentations. Cela fait deux fois qu’il s’en prend au livre écrit par Saïd Sadi sur le colonel Amirouche. A deux reprises, il décoche ses fléchettes par le recours au jugement moral (Saïd Sadi, démocrate, n’aurait pas montré de la compassion avec les victimes du FLN) au lieu de traiter, en tant qu’historien, des faits, des témoignages et des documents constitutifs d’un ouvrage qui déconstruisent certaines de ses analyses. Sujets sur lesquels il était attendu en tant qu’historien : (fausse allégation d’un conflit entre Amirouche islamiste et sanguinaire, et Zighout à propos du contrôle de la ville de Sétif, rôle d’Ali Kafi…). Son annonce de la menace de mort contre Bentobal par Krim est, même nuancée dans une mise au point, une surprise pour quelqu’un qui a tant écrit sur le mouvement national. M. Harbi dit avoir fait cette révélation après avoir pris connaissance du livre testament de Bentobbal auquel il avait eu accès. Ni Omar Boudaoud, ni Ali Haroun (responsables de la Fédération de France du FLN) qui étaient en contact direct avec Bentobal pendant la guerre et qui ont gardé une relation permanente avec lui n’ont entendu l’ancien ministre de l’Intérieur du GPRA leur faire part d’un tel projet. Mieux, dans son ouvrage sur les Accords d’Evian (2), préfacé par M. Harbi, Haya Djelloul rapporte que Bentobal dément toutes les accusations qui ont été portées contre Krim. Se pose alors la question de la fidélité des mémoires de Bentobal qui a été «persuadé», dans une situation d’extrême fragilité morale, de ne publier son témoignage… qu’après sa mort !! Dans le même registre, et sur un autre personnage, monsieur Harbi, «reliftant» le profil de Abdelhafid Boussouf, en donne une image exactement contraire à celle qu’il a décrite auparavant (3). Autre sujet abordé dans la dernière interview accordée à El Watan, ses propres écrits dans Révolution Africaine, au lendemain de l’indépendance. Il se trouve que j’ai pu consulter les archives de cette revue où monsieur Harbi officiait. Ses positions n’ont rien à envier à tous les idéologues de l’époque. Cela d’ailleurs peut se comprendre dans un climat dominé par la violence générale ; mais de là à faire croire que l’organe central du FLN de l’époque était une tribune où s’écrivait librement l’histoire de la guerre, c’est prendre de grandes libertés avec la réalité. Il serait temps que les acteurs de la guerre parlent librement et déposent leurs documents ou témoignages pour un traitement serein et méthodique le moment venu. Faute de quoi, la guerre de Libération continuera d’être la source de nouveaux abcès et drames. Cette tradition qui consiste à accommoder l’Histoire aux conjonctures politiques est dangereuse et contagieuse… Le révisionnisme qui commence à polluer Avril 80 témoigne de la profondeur du mal. La régression générale, produit d’une école squattée par l’idéologie et la diffusion d’une culture d’aliénation, ne pouvait que faire émerger le «leadership» d’un Belkhadem, d’un Mazrag ou d’un Benaïcha avec des faire-valoir kabyle, féministe ou technocrate pour les besoins d’un scénario négateur de l’Histoire et dangereux pour l’avenir. Louisa Hanoune, avec laquelle j’ai eu récemment quelques échanges – aujourd’hui intégrée dans les manœuvres du système et qui garde ses verbiages aux relents gauchistes – résume bien les risques de ces confusions et dérives en déclarant : «Il faut des réformes et pas un changement» !! Tout est dit. Avant de terminer, je tenais aussi à interpeller Saïd Barkat (un délinquant en sursis) prompt à investir la surenchère nationaliste pour lui demander de réclamer que Ben Bella, qui revendique sa filiation marocaine, soit déchu de sa nationalité, dès lors qu’il a dénié à Saïd Sadi et à ses camarades leur qualité d’Algériens. Je ne peux m’empêcher aussi de penser à Monsieur Lahouari Addi qui s’empressera, cette fois encore, de me répondre au motif que je m’attaque à «des symboles qu’on ne traite pas comme des moins que rien». Cette sensibilité à la carte manque de crédibilité car elle ne se réveille que dans des cas bien répertoriés et précis. Son silence devant la haine récurrente de Ben Bella à l’endroit des martyrs de la révolution illustre cette indignation sélective. La trahison des clercs, avait récemment déploré Maître Ali Yahia. Ce n’est pas la première fois que j’interviens à propos des manœuvres politiques qui prennent appui sur le détournement ou la falsification de l’Histoire. Je le sais, il y a, pour moi aussi, une part de subjectivité dans mes interventions. Je me suis néanmoins toujours interdit de manipuler des événements, des témoignages ou des documents. C’est sur ce minimum concret que j’appelle les acteurs, anciens ou nouveaux, à se fédérer. Pour le reste, laissons le jugement à l’Histoire.
N. A. H. 
1*Amar Ould Hamouda, membre du BP du PPA/MTLD Responsable régional de l’OS
2*Le dernier combat, Haya Djelloul Casbah éditions 2008 Préface de M. Harbi
3*Le FLN, documents et histoire 54-62 M. Harbi G. Meynier Casbah Editions 2004

Envoyer cet article à un ami

Laisser un commentaire

D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
machinesabois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elayam.3 ا...
| FCPE Lionel Terray
| LUGAR DO DESENHO-LIEU DU DE...