• Accueil
  • > 17 Octobre 1961 : Histoire et oubli

16 octobre, 2009

17 Octobre 1961 : Histoire et oubli

Classé dans : — eldzayer @ 19:11

Le 17 octobre 1961, 49 ans de silence sur l’impunité du dernier crime coloniale

Les discours glorifiant le colonialisme ne contribuent pas à rendre justice à l’Algérie

17 Octobre 1961 : Histoire et oubli  arton4851-e26e5

Encore un épisode regrettable inscrit au front de la France officielle. Indélébile, tatoué d’une encre permanente, éternelle tant qu’elle persiste à l’ignorer comme elle continue à ignorer toutes les exactions commises depuis des lustres. La Seine en témoigne. Les rues et ruelles de Paris en parlent toutes les nuits. Les jours, les spectres maléfiques s’effacent comme des vampires craignant la lumière. La vérité est l’éclat qui aveugle l’obscurantisme. La France est victime du coté sombre de son histoire. Paradoxes intemporelles ou gloires et déboires qui la nanisent face à la nostalgique grandeur de cette nation des droits de l’homme. Serait-elle en phase de perdre ses vraies valeurs et ses idéaux au point de refuser de faire son mea culpa. Reconnaître ses crimes s’est se repentir et s’en excuser c’est grandir. Notre religion nous exige de pardonner à ceux qui s’excusent et non à ceux qui s’entêtent à reconduire l’erreur et persistent à cacher la vérité.

Le 17 octobre 1961, faute d’être une date mémorable, elle attire aujourd’hui regrettablement plus de guêpes que d’abeilles. La loi de la jungle continue d’instaurer ses mœurs enrobées d’amnésies généralisées et, comme leitmotiv, elle préside au rappel. Juste pour le rappel !, même s’il constitue un bien fait pour les croyants. Cependant, à y bien méditer sur le sort de ceux précipités injustement vers les bords de la Seine, noyés, incarcérés et torturés, par une horde sauvage déchainée, il y a lieu de s’indigner devant le mutisme ambiant et, pire encore, face au verbiage infécond, plus dangereux que l’insolence d’un ignorant. Des espaces sont envahis pour célébrer cette date. Elle est commémorée sur des tribunes envahies par les épigones d’une société civile désabusée, en mal de notoriété politique. Juste pour se refaire une virginité sur le dos des victimes. Arrêtant ce second massacre. Celui de Papon et ses sbires suffit pour être déjà une plaie saillante qui témoigne de la déchéance d’un Etat incapable de restituer le droit des concitoyens victimes de la barbarie. D’intenter ne serait-ce qu’un procès posthume contre les criminels qui ont enfreint toutes les règles des droits de l’homme en massacrant à leur guise des citoyens franco-musulmans. C’est ce suffixe qui les dérangeait. Cette arabité, cet islam et cette amazighité qu’il ne cesse de manipuler pour envenimer l’atmosphère d’une nation indépendante. Sans pour autant ignorer l’appel du peuple au droit à son autodétermination et à sa liberté. Le 17 octobre conclu en réalité la série macabre des massacres coloniaux perpétrés contre des populations civiles désarmées depuis l’invasion des territoires algériens. Des enfumages aux razzias, de l’éventrement des femmes et aux tueries des enfants, des massacres massifs aux exterminations des tribus, du génocide de mai aux déportés de la Nouvelle-Calédonie, des guillotinés aux veuves et orphelins de novembre, sans pour autant occulter les spoliations des biens, l’expropriation des terres, le vol des trésors de la Casbah et de Tlemcen, la destruction des monuments, le déracinement, l’acculturation et l’ethnocide absout par l’étendard du positivisme coloniale, la religion des missionnaires, celle des moines de Tibhirine et des bienfaiteurs de la Kabylie et des monts de chenoua.    

Le réveil occasionnel…

En berne toute l’année des voix s’élèvent occasionnellement pour exhiber leurs chétifs bicéphales tentant de remémorer ou commémorer à la manière locale une date qui reste dans les annales de l’histoire franco-algérienne une honte inscrite à l’encre indélébile. Un crime contre l’humanité qui clôture en faite le chapelet macabre des exactions commises tous le long de la tragique nuit colonial. Mais cette fois-ci les événements se sont transposés sur le sol français. L’intelligentsia algérienne, pour la plus part absente, ne trouve en fait aucune démarche probante à cette réverbération désolante et répétitive sur un sujet qui mérite plus d’engagement et de conviction. Même les « politiques », et en particulier les apprentis sorciers, excellant dans l’art de la reculade à main levée et à la révérence majestueusement exécutée à leur dame « la doulce France ». Ils n’hésitent nullement à se dressant en objecteurs de conscience, s’ils ont en une, pour la ménager tout en essayant ardemment de lui miroiter leur docilité et leur adhésion aux principes imposés et déjà annoncés par la président de la république français, Nicolas Sarkozy, lors de son passage en Algérie. Tourner la page et regarder vers l’avenir. Lui qui se déclare incompétent quant conduite de ses aïeux, alors qu’il a été un des artisans de la loi du 23 février 2005. Les notre, affaiblis par leur instinct de conservation, s’évertuent à chercher des subterfuges et coller faussement au concept cher au défunt Houari Boumediene : « Tournant la page et ne la déchirons pas ». Une trouvaille instrumentalisée à des fins indignes. Trouvez mieux, messieurs les repentis, pour nous convaincre de vos fausses manouvres. La jeunesse algérienne est attentive à vos sarcasmes. Elle n’a nullement l’intention de céder un neurone de sa mémoire, un iota de ses revendications pour faire fléchir la France coloniale. Car, il ne s’agit pas de faire la démonstration du réel ou du vari ou faux virtuel. On a beau raconter inlassablement les événements. Corriger peut-être, certains détails nécessaires. L’essentiel est de confirmer et affirmer le crime, aboutir à son jugement et châtier les criminels quelques soit leurs statuts. Les bourreaux ont déjà fait le boulot et ils en sont fiers. Ils l’ont à mantes reprises déclaré au vu et au su de tous. Qui ignore aujourd’hui que Mitterrand a été un des donneurs d’ordre. Qui des généraux auxquels on a accordé des stèles, des monuments et des honneurs, se déclare n’avoir exécuté que les ordres et obéir en gentilshommes désabusés ses supérieurs. 

Dans les faits…

Fort d’une population de 135 000 adhérents sur un total de 300 000 résidents en France, soit un taux de 45 %, le FLN pouvait compter sur l’apport conséquent de cette masse pour porter la guerre sur le territoire français. C’est au cœur de l’Europe où la revendication algérienne avait déjà gagné l’écho international, que tout dérapage français ne pouvait que nuire à sa réputation. Il fallait une démonstration de choc à la mesure de la répression permanente dont il était victime sur l’ensemble du territoire coloniale. D’autant plus qu’affaibli dans les maquis algériens suite aux opérations jumelles, le FLN devait consolider sa position à un moment ou les pourparlers s’engager dans une impasse. La question de la souveraineté sur le Sahara, qui constituait le frein momentané à toutes formes de rapprochement pacifique, étant tranchée, le FLN répondra favorablement à la reprise des négociations. Bien structurée, notamment à Paris avec plus de 90 000 adhérents, la Fédération de France qui avait servi un moment comme la principale trésorerie de la cause, devait, selon l’esprit des dirigeants, apporter son soutien pratique à la guerre d’indépendance. Une contribution qui s’est soldée par un massacre collectif commis par la France coloniale et un bilan d’affrontement regrettable entre les frères ennemis (FLN-MNA). Car, il est utile de rappeler que le FLN faisait à ce moment précis face à un double front. Ce qui ne pouvait être qu’a l’avantage de l’armée coloniale qui souffler ardemment sur la braise pour capoter les engagements politiques de part et d’autre. Neuf mois séparaient ces crimes des suffrages en faveur de l’indépendance. Quant à l’entrée de Papon en scène des opérations, elles les précédaient de presque quatre ans. Préfet bigame, il avait été sélectionné en 1958 par ses supérieurs pour son savoir faire dans l’art de la répression, ayant pour principale mission de nettoyer Paris de ses perturbateurs. Etant un potentat du pouvoir, on lui colla la sale besogne et on en fera un parfait bouc émissaire pour s’amender à leur tour de toutes formes d’accusations criminelles. Le FLN multipliait ses actions contre la police, incendiant les raffineries de Marseille et la banque, la riposte ne devait être que plus féroce. Des restrictions sont imposées à la population musulmane. Un couvre feu sélectif paralysait les actions nocturnes et guerrières du FLN. Le 17 octobre sera ainsi le théâtre de cette tension exacerbée. On voulant briser l’embargo, imprudemment le FLN mettre dans la gueule du loup ces militants en particulier les civiles. Ouvriers, femmes et enfants, manifestant certes pacifiquement, subirent le même sort que leurs frères de 1945. Un autre crime contre l’humanité venait enrichir le tableau positif de la colonisation.

De l’affaire au procès Papon…

Au passé pétainiste et pour des raisons purement électoralistes Mitterrand n’hésita à aucun moment s’allier les juifs. Soutenu par le canard enchainé, il ouvrît le bal et déclencha vers 1981 une affaire dite Papon. Ce dernier avait également servi sous le régime de Vichy jusqu’en 1942. Responsable des déportations, il devient ainsi objet de marchandage pour gagner les cœurs et les voix de la communauté juives en France qui comptait 1% d’électeurs. Sans rentrer dans les détails, l’affaire Papon dénudait en fait les scandales de l’Etat français dans toute sa grandeur depuis la deuxième guerre mondiale. Il mettait en lumière les malveillances des hommes du pouvoir, qui agissaient à l’encontre des principes fondateurs de la commune. Une attitude qui persiste jusqu’à l’heure. François Mitterrand, Valérie Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, trois concurrents au poste de Président de la république, dans les années 80/90, se disputaient le personnage principal. Ce scandale politique entrouvrira les multiples dérapages relatifs aux injustices commises contre les communautés qualifiées autrefois d’indigènes. Il servira à noyer le poisson dans l’eau. D’une affaire préfabriquée les vérités feront progressivement surface. Il reviendra à l’honneur de Jacques Chirac d’avoir exceller dans la démesure. L’affaire Papon deviendra le Procès. Des déportations de juifs aux massacres du 17 octobre 1961, en passant par d’autres scandales aussi terrifiants que désolants. La persévérance et la capacité de nuisance du peuple juif feront en sorte que Papon sera jugé et condamné à 10 ans de prison ferme. En fuite, il refusa de reconnaitre la justice française pour sa tendance politique. Il sera capturé par la police suisse en 1999, Interné à la santé, il se considéra prisonnier politique jusqu’à sa mort. De nombreux ouvrages ont été consacrés aux évènements dés les premières années des massacres. Elles seront enrichies par d’autres textes relatifs aux procès intentés contre ce tortionnaire, traitant notamment des questions relatives à la responsabilité directe de l’Etat français. 

En Algérie…c’est l’amnésie totale

En Algérie rien ne semble faire la différence depuis l’indépendance. Silence et inertie totale sur tous les fronts. Les ardeurs se réveillent occasionnellement pour marquer l’événement comme si par un instinct presque naturel nous sommes prédisposés à accepter notre sort d’indigène. Un diagnostic psychopathologique s’impose pour tirer au clair l’état de santé mentale de l’algérien type. Et en particulier, les recalés des classes pour regagner la classe politique et des pseudo-intellectuelles. Les événements du 17 octobre ont été mille fois narrés. Du moins, il semblerait selon certains analystes de salons qu’une certaine prise de conscience a bourgeonné dés les années quatre vingt. Depuis, nous avons eu droit, chaque année commémorative, aux mêmes configurations. Figures et témoins incontournables, les mêmes scènes autour de la seine, un timing à point à la télévision algérienne, des sonorités radiophonique en chaine, reliant depuis peu les locales. Seule la presse écrite a le mérite, de nous livrer souvent des analyses probantes. Des contributions inédites œuvres d’auteurs méconnues. Sommes-nous arrivés par tout ce tintamarre inutile injustement. Surement pas. Nous sommes encore pétrifié à méditer sur le bienfondé de notre cause. Certains ont déjà tranché, ils s’autorisent même le droit de décider à la place du peuple. La dernière sortie du RND qui n’est surement pas une surprise en témoigne. Son secrétaire général, en chef d’orchestre chevronné, a déjà composé le refrain. Quand on n’a pas de suite dans les idées vaut mieux se taire et laisser place à ceux qui disposent de capacité de synthèse. La France doit reconnaitre ses crimes et s’en absoudre. Comme, elle doit s’en excuser pour avoir elle-même demandé à l’Allemagne de le faire pour si peu. La proportion est taille, 132 ans pour 5, la sentence n’en sera que plus lourde. On ne peut être plus royaliste que le Roi. Si les français, du moins les officiels, accordent leur violent avant de se prononcer sur des sujets aussi sensibles que la mémoire, pour la simple raison que l’électorat est à cheval sur le moindre détail, veillant scrupuleusement sur les exploits comme sur les erreurs de chaque formation dans la perspective d’améliorer les conditions de coexistence communautaire d’une nation et la préservation de sa notoriété et sa mémoire. Les notre pensent que les jeux sont fait. Grâce à l’administration, ils peuvent s’assurer une pérennité dorée en espérant ne plus avoir besoin d’électeurs. Les fausses ambitions sont illusoires et l’avenir nous donnera raison… La presse a été éloquente cette semaine. Le maire de paris s’est prononcé sur le crime. Il le dénonce et considère que : « les massacres du 17 octobre sont un acte de barbarie et que l’Etat français doit reconnaitre ». Voici un homme qui bouscule la demeure et chamboule le décor et l’ambiance intérieure. Du coté de chez nous, un mutisme total, une peur bleu, un recul tragique. Hors du temps et des stratégies gagnantes, ils se bousculent devant le portillon pour offrir les meilleures garanties à l’ex-colonisateur pour lui permettre de nous livrer ses ordures technico-économiques. Cela s’appel le dégel des relations bilatérales. Cependant, si de ce coté on tente de dégeler, la France profite des circonstances pour installer ses nouvelles mines anti-personnelles. Elle floue le traitement de la question du sahel et s’entête à nous imposer son projet de l’UPM. Elle glorifie le colonialisme en inaugurant la fondation relative à « l’écriture de l’histoire de la guerre d’Algérie et les batailles de la Tunisie et du Maroc », sans gène, ni complexe ou entrave et encore moins d’égard à la sensibilité bilatérale, ni à la diplomatie moderne. Elle persiste dans son obstination à refuser même de reconnaitre les faits. C’est ce que nous méritons peut-être ?

Il y a eu crime contre l’humanité et puis

On peut s’évertuer d’avoir porté la guerre sur le territoire français. Un acte de bravoure, même s’il comporte ses imperfections et ses dérapages, qui ont couté la vie à de nombreux innocents, (seule l’histoire nous éclairera un jour à ce sujet), a été possible au temps où il y avait hommes et des vrais. Abnégation, sacrifice et nationalisme pure et dur pour l’honneur de la partie. La dégringolade visiblement regrettable sur les valeurs d’antan, nécessaires pourtant en ces temps de réconciliation, nous entraine vers un avenir incertain. La rente, la corruption, les passes-doits, la ségrégation régionaliste, la centralisation à outrance, les lapidations des biens de la communauté chèrement acquis et bien d’autres nouvelles mœurs qui s’imposent actuellement comme valeurs d’échanges et mode de production nous font craindre le pire. Sommes-nous comptable de cette régression béante qu’affichent nos apprentis boulitique sur la scène nationale ? Ils se donnent des airs de spécialistes en historiographie. Et pire encore, à peine élus sur des sièges éjectables, ils se donnent le droit de décider à la place du peuple des suites à donner quant à la qualité de nos relations avec la France. Il faudrait du moins dévoiler ses références pour s’autoriser un tel statut. Etre algérien, c’est avant tous être un bon musulman et défendre les principes fondamentaux de notre religion. A défaut, avoir un esprit démocratique, épris de respect à autrui est salutaire. Car, il ne faut pas oublier que nous vivons en communauté. Un lourd contentieux nous impose la promiscuité, bon gré malgré nous avec la France. Sans aucun esprit revanchard ni chauvin, on distingue le bon grain de l’ivraie. Cependant, des crimes ont été commis. Des crimes contre l’humanité, selon le concept propre et cher à la France (). Celui du 17 a été reconnu par tous. Il doit être jugeait et les criminels condamnés. D’autant plus que nulle entrave ne nous empêche d’intenter un vrai procès. L’expérience de la Fondation est méritoire et enrichissante, mais elle ne suffit pas pour faire justice. Le crime n’est pas amnistié, il est imprescriptible. Aujourd’hui nous sommes face à un double affront. Le refus de la France de reconnaitre ses crimes, une justice raciste et sélective, une attitude déloyale positivant le colonialisme. Et une totale inertie, recule et mystère et boules de gomme de la part de notre junte politique. Dieu en est témoin et l’histoire jugera les actes de chacun. « Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. »(). A méditer….

M.Boukherissa Kheiredine Président de la Fondation du 8 mai 45 


PATRICK JARRY, MAIRE DE NANTERRE, ET LES MASSACRES DU 17 OCTOBRE 1961
« La France doit reconnaître sa responsabilité »
 

Il est temps que le nombre de morts lors des événements du 17 Octobre 1961 soit véritablement avoué et qu’il ne fasse plus l’objet d’une quelconque polémique.

De plus en plus de voix s’élèvent en France pour dénoncer les massacres du 17 Octobre 1961 et exiger une reconnaissance des faits. Le dernier en date est Patrick Jarry, maire socialiste de Nanterre qui a affirmé qu’«il est temps que les plus hautes autorités de l’Etat, 50 ans après, reconnaissent enfin officiellement leur responsabilité dans ces massacres à travers un acte qui engage la République».
S’exprimant en marge de la commémoration dimanche, à Paris, des massacres du 17 Octobre 1961, présidée par le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger, Halim Benatallah, le maire de Nanterre a annoncé la future commémoration par sa municipalité, en 2011, du cinquantenaire de ces massacres par la dénomination d’un boulevard du 17 octobre qui se situera entre la place de la Croisée et le boulevard des Provinces Françaises.
Une première en France pour évoquer le souvenir de ces événements. Nanterre a connu une forte présence d’Algériens qui s’y sont établis en s’intégrant très vite dans les luttes syndicales et politiques, comme en témoigne la création du Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj dans un café de Nanterre en 1937. Une séance de travail avait auparavant réuni Benatallah et Jarry à l’issue de laquelle, le secrétaire d’Etat a salué la «leçon d’amitié et de fraternité» qui se distingue dans la perpétuation de la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés.
«Nous sommes en train de jeter des passerelles afin que l’histoire soit rétablie dans toute sa vérité», a déclaré Halim Benatallah, qui a salué les acteurs qui oeuvrent «avec courage et ténacité» pour que la société civile en France s’assume et rétablisse «la vérité historique» sur les massacres perpétrés le 17 octobre 1961 contre des Algériens qui manifestaient pacifiquement pour leur droit à la dignité et la liberté.
Se recueillant à Nanterre, devant une plaque commémorative, Halim Benatallah, s’adressant au maire socialiste de Nanterre, Patrick Jarry, sur la place des droits de l’homme, en face de la préfecture de police, dira: «Nous sommes ici pour accomplir un devoir de mémoire grâce à vous M.le Maire et d’autres hommes de conviction.» Sur cette place, construite sur le site du bidonville «La folie», le plus grand de France où s’entassaient plusieurs centaines d’émigrés algériens, le maire de Nanterre, a déclaré que «se souvenir aujourd’hui, c’est aussi faire oeuvre de mémoire et de vérité». Il a rappelé que «Nanterre a pris la responsabilité, en 2003, de poser cette plaque, car de nombreuse victimes de ce crime d’Etat venaient de cette ville». Après l’étape de Nanterre, Benatallah s’est rendu sur le pont de Clichy à la mairie de Clichy-La Garenne où il a été accueilli par le maire, Gilles Gatoire, également conseiller municipal des Hauts-de-Seine, sur fond d’exécution des hymnes nationaux de l’Algérie et de la France. Le secrétaire d’Etat a remercié au nom du gouvernement algérien l’acte ainsi posé qui contribue à la réhabilitation de l’histoire. Il a également adressé, au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la communauté nationale établie en France, «les sentiments les plus profonds de compassion et de solidarité» en ce jour commémoratif. M.Gatoire a loué les perspectives d’établissement d’un «climat de confiance bilatérale» et évoqué «la coopération pour la construction d’un avenir qui s’appuiera sur cette histoire partagée». Une rencontre a réuni Benatallah et des diplomates algériens avec le maire. Le secrétaire d’Etat a ensuite rencontré les membres de l’ancienne Fédération de France du FLN, qui ont appelé à un devoir de «reconnaissance» pour tous les sacrifices consentis durant la guerre de Libération nationale par la communauté émigrée.

Abdelkrim AMARNI

Alors que l’Algérie a mis sous le coude la loi criminalisant le colonialisme

Les partisans de la loi du 23 février persistent et signent

Les anciens de “l’Algérie française” et du courant xénophobe s’apprêtent à installer, demain, la fondation pour la mémoire, prévue par l’article 3 de la loi du 23 février 2005 qui considère le colonialisme comme “une entreprise civilisatrice”.

La récente annonce faite par le président de l’APN, au sujet de la décision des autorités politiques algériennes de mettre sous le coude le projet de loi portant criminalisation du colonialisme, ne semble pas être mesurée à sa juste portée du côté français. Du moins de la part des anciens de l’Algérie française et du courant xénophobe de l’extrême, qui n’ont visiblement rien perdu de leurs ardeurs nostalgiques pour l’empire perdu. Et pour cause, ils s’apprêtent à installer, demain mardi, la fondation pour la mémoire. Cette fondation est prévue par l’article 3 de la loi scélérate du 23 février 2005 qui considère le colonialisme comme “une entreprise civilisatrice”. Cette fondation qui jouit certainement de la bénédiction du pouvoir élyséen, soucieux de ménager l’électorat lepéniste, suscite néanmoins un tollé auprès d’organisations de la société civile française et d’universitaires qui la dénoncent. C’est le cas de l’historien Gilles Manceron, historien et vice-président de la Ligue des droits de l’Homme, pour qui la mise en place de cette fondation montre que la société française est “à la croisée des chemins”. Cet historien souligne “le paradoxe entre une grande partie de la population française, souvent jeune, qui veut que la vérité soit dite sur la colonisation et une autre fraction de celle-ci, plus âgée, surtout implantée dans le Midi de la France, qui ne veut rien reconnaître ni regarder en face, et reste attachée aux dénégations et aux anciens mensonges”. C’est cette tranche de l’opinion qui a mené à l’occasion du dernier Festival de Cannes une croisade hystérique contre le film de Rachid Bouchareb Hors-la-loi. C’est encore elle qui avait soutenu l’érection de plusieurs monuments à la gloire de l’Algérie française et des tueurs de l’OAS, insiste cet historien qui rappelle à juste titre que “c’est cette fraction de l’opinion qui a poussé à l’adoption de la loi du 23 février 2005 qui prétendait présenter la colonisation comme positive”. Gilles Maceron déplore aussi le fait que cette fondation, dont le but est de “légitimer les crimes coloniaux” soit contrôlée par “des institutions à la tête desquelles se trouvent des généraux qui persistent dans la justification de l’emploi de la torture par l’armée française en Algérie et dans la négation du mouvement nationaliste algérien”. Cette fondation est en porte-à-faux avec la proposition du président Sarkozy d’avoir un regard apaisé sur le passé colonial, mais elle constitue surtout une torpille au travail conduit par de nombreux universitaires français en collaboration avec leurs collègues algériens pour une réécriture “honnête” de l’Histoire, s’insurge cet historien. Un autre historien, Olivier Le Cour Grandmaison, lui aussi partisan de “laisser l’Histoire aux historiens”, voit dans cette fondation en ce moment précis des desseins électoralistes. “L’offensive de la majorité actuelle (la droite UMP, ndlr) se poursuit sous des formes diverses et se poursuivra sans doute jusqu’en 2012” pour des raisons électoralistes, argumente-t-il. Mettant en relief la “singularité” de la France dans son rapport avec son passé colonial, il explique que la loi “scandaleuse” du 23 février 2005 qui “sanctionnait une interprétation positive, officielle et mensongère de la colonisation française”, n’a “aucun équivalent européen, sinistre exception française” et n’est pas l’épilogue d’une offensive idéologique menée, il y a cinq ans, mais bien le prologue d’un combat en réhabilitation qui n’a jamais cessé depuis. C’est la raison pour laquelle Olivier Le Cour Grandmaison juge “essentiel” que les candidats des gauches parlementaires et radicales présents au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 “prennent clairement position pour l’abrogation de cette législation”. Et ce n’est certainement pas une coïncidence fortuite que la mise en place de cette fondation intervienne aussi deux jours après la commémoration des massacres d’Algériens par la police du préfet Maurice Papon, le 17 octobre 1961 à Paris. D’ailleurs de nombreux chercheurs et des scientifiques ont refusé d’entrer dans son conseil scientifique, estimant qu’au lieu d’être un outil au service de la recherche historique, “elle risque de capter des archives privées dans des conditions difficiles à contrôler, relevant son caractère partial quant au travail sur la mémoire” de la guerre de Libération nationale.

La lame tranquille

On découvre, dans les limbes des archives exhumées par les deux auteurs, un Mitterrand, garde des Sceaux, qui, pendant 16 mois, refuse 80% des demandes de grâce des militants algériens et se faisant un sinistre devoir de signer les billets d’exécutions sans broncher.

La France a mis 53 ans pour découvrir que François Mitterrand était un boucher. Le livre choc de François Malye et de Benjamin Stora déconstruit le mythe d’un Mitterrand qui se révèle sous son véritable visage d’ordonnateur de la guillotine.
Quarante-cinq martyrs algériens sont passés à l’échafaud par la seule volonté d’un homme qui fut président de la France. On savait Mitterrand pétainiste, machiavélique et ardent défenseur d’une guerre totale contre les Algériens et leur représentant l’ALN. Mais on découvre, dans les limbes des archives exhumées par les deux auteurs, un Mitterrand, garde des Sceaux, qui, pendant 16 mois, refuse 80% des demandes de grâce des militants algériens et se faisant un sinistre devoir de signer les billets d’exécutions sans broncher. Une réalité bien lointaine du Mitterrand qui abolit la peine de mort dès son investiture en 1980 et qui fut, pour cela, célébré comme un chantre des droits de l’homme par les socialistes et le peuple de gauche.
Si Mitterrand a fait aussi fort que Robespierre, ce livre n’est que le début d’une histoire qui transparaît au compte-gouttes. Pas un mot sur la responsabilité connue de Mitterrand dans l’exécution de Larbi Ben M’hidi, malgré le témoignage accablant d’un Aussaresses renvoyé dans ses foyers sans la légion d’honneur. Enseveli dans la fosse commune de l’histoire le témoignage du juge Bérar qui avait servi de courroie de transmission à l’ordre d’exécution que Mitterrand a signé.
Cela va sortir. Ce pan de l’histoire doit sortir. À l’horizon 2012, alors que l’Algérie fêtera les 60 ans de son indépendance, Paris prépare également son inventaire de mémoire en fêtant “la colonisation positive”. Celle souhaitée par le duo Sarkozy-Guaino et célébrée par les hordes nostalgiques de l’extrême droite et des harkis. Le mot repentance va refaire surface, au grand dam de Nicolas Sarkozy, et les deux nations vont s’emparer de leurs symboles comme des étendards. Et c’est à celle qui écrira le mieux l’histoire la plus vraisemblable de ses héros. La mémoire de Mitterrand a pris un coup. Son mythe a été écorché, mais Paris ne laissera jamais dire que c’était un assassin de sang-froid. Comme Alger ne pourrait jamais brader le culte d’un Ben M’hidi, un héros d’une flamboyance jamais égalée. La guerre de la mémoire est loin d’être terminée.

www.liberte-algerie.com

17octobre1961300x197

Massacres du 17 octobre 1961

http://www.dailymotion.com/video/x484ef

 17oct61

Commémoration à Paris et à Lyon

Plusieurs associations françaises militant contre l’oubli des crimes commis par la France coloniale ont lancé, hier, un appel pour un rassemblement le 17 octobre à la place Saint-Michel à Paris, là où tant d’Algériens furent jetés à la Seine, il y a 49 ans. Ces associations exigent notamment la reconnaissance officielle du crime commis par l’État français les 17 et 18 octobre 1961, le libre-accès effectif aux archives pour tous, historiens et citoyens, ainsi que le développement de la recherche historique sur ces questions. De son côté, le Collectif lyonnais du 17 Octobre 1961, regroupant une dizaine d’associations et d’organisations (Agir ensemble pour les droits de l’Homme, Association pour la promotion de la culture algérienne, Attac-Rhône, LDH, Lutte ouvrière, la Maison des passages, MRAP, le Parti des indigènes de la Républiques, SOS Racisme) organise, le même jour, deux manifestations pour le respect des droits et pour commémorer ces douloureux évènements. Cette commémoration a été précédée par la projection, hier soir, du documentaire Le Silence du fleuve, de Mehdi Lallaoui, suivie d’une rencontre-débat avec l’historien Jean-Luc Einaudi. Le 17 octobre, il est prévu un jet de fleurs dans le Rhône et une minute de silence au pont de la Guillotière et sur les berges du fleuve qui traverse la ville de Lyon.

arton1053

Récit La mémoire du 17 octobre Chronologie Biblio/filmographie mises à jour, le jeudi 5 mai, 2005 16:35

Les événements du 17 octobre 1961 ont longtemps été frappés d’un oubli presque entier. Longtemps, nul ne semblait savoir qu’avait eu lieu en 1961 une manifestation de masse d’Algériens à Paris, ni qu’elle avait été réprimée avec une extrême violence. Il importe de déterminer les raisons de cet oubli, mais aussi de comprendre comment il a pu être, depuis les années 1980, progressivement et partiellement dissipé . Ce n’est qu’à cette condition qu’il sera possible de rendre raison de l’ambiguïté de la « mémoire officielle » du 17 octobre 1961 qui se construit actuellement. Michel Debré premier ministre en octobre 1961 Ce qui s’est passé le 17 octobre 1961 par Charlotte Nordmann

 archiv2

1. Le contexte En 1961, la nécessité d’une solution négociée au conflit algérien s’est imposée. Des négociations ont été officiellement ouvertes entre le gouvernement français et le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne le 20 mai 1961. Il est hors de doute pour les participants que les négociations aboutiront à l’institution d’un État algérien indépendant : les discussions portent sur les conditions exactes de l’indépendance. Et pourtant c’est à partir de l’été 1961 qu’eurent lieu les plus terribles violences que connut le territoire métropolitain pendant la Guerre d’Algérie. C’est cette contradiction que met en évidence l’examen des faits qui ont conduit aux massacres du 17 octobre 1961. En 1961, Maurice Papon est préfet de police de Paris. Nommé à ce poste en 1958 sous la IVème République, il y a été maintenu par le président Charles de Gaulle sous la Vème. Lorsqu’en 1958 M. Papon est nommé préfet, à la suite de violentes manifestations de policiers parisiens, sa recommandation est  » l’efficacité  » dont il a fait preuve lors de son mandat de préfet à Constantine. De 1956 à 1958, en tant que préfet et IGAME pour les départements de l’Est algérien, il a instauré un système de répression dans lequel la torture est systématique, les exécutions sommaires courantes. Lorsqu’il est nommé préfet de police à Paris en 1958, il répond à une campagne d’attentats menés en métropole par le F.L.N. en organisant des rafles massives de « Français musulmans d’Algérie « . Les violences à l’encontre de la population nord-africaine de Paris s’institutionnalisent : le préfet de police crée la Force de police auxiliaire, constituée de harkis, qui pratique la torture ; il fait ouvrir le Centre d’Identification de Vincennes, où peuvent être internés, sur simple décision administrative, sans jugement, les Nord-Africains  » suspects ». M. Papon va jusqu’à instaurer, le 1er septembre 1958, un couvre-feu pour les Nord-africains. Boycotté par le F.L.N., il tombe peu à peu en désuétude. Au cours des opérations de police, des internements, des rafles et des « contrôle » par les harkis, des hommes disparaissent. De nombreuses plaintes sont déposées, pour torture, pour meurtre ; malgré l’accumulation de témoignages accablants, malgré les constatations de sévices par des médecins, malgré le nombre de disparitions, aucune plainte n’aboutira.  

  manifestantsalgeriens17octobre1961300x253

Toute la population nord-africaine de la région parisienne souffre de ces rafles systématiques et de la violence des harkis qui patrouillent dans les quartiers qu’elle habite, par exemple dans le 18ème ou le 13ème arrondissement. Ces violences s’ajoutent à la condition extrêmement dure qui est faite par ailleurs aux travailleurs nord-africains en métropole. Dans leur très grande majorité, ce sont des célibataires que de grandes firmes industrielles françaises ont fait venir par contingents : la France manque de main d’œuvre et les populations rurales d’Algérie ou du Maroc constituent une force de travail docile. Ils vivent dans des hôtels à Paris ou dans des bidonvilles, comme à Nanterre. La surpopulation et l’isolement forcé qu’ils subissent tiennent à la fois à leur pauvreté et au refus des propriétaires français de leur louer des appartements. Les Algériens  » immigrés  » en métropole sont très strictement encadrés par le F.L.N. Cela signifie en particulier que tous sont contraints de cotiser – ceux qui refusent risquent la mort. 2. D’août 1961 au couvre-feu d’octobre En août 1961, les rafles et les perquisitions s’intensifient, les violences et les détentions arbitraires, au faciès, se multiplient.

Ce redoublement de l’offensive policière se produit alors que le F.L.N. a cessé ses attentats à Paris et en banlieue depuis plusieurs semaines. Les attentats de l’O.A.S. deviennent au même moment de plus en plus nombreux, visant parfois des hôtels où vivent des Algériens. Fin juillet 1961, les négociations entre le gouvernement français et le G.P.R.A. ont achoppé sur la question du Sahara, la France contestant la souveraineté du futur État algérien sur cette région. En août 1961, le président Charles de Gaulle est prêt à céder sur cette question d’importance pour relancer les négociations. Il entend en même temps être en position de force pour négocier. C’est le sens de son geste lorsque, fin août 1961, il démet de ses fonctions le Garde des Sceaux Edmond Michelet, favorable depuis longtemps à la négociation avec le F.L.N. Il cède ainsi à la pression de son Premier ministre Michel Debré, lequel est profondément partisan de l’Algérie française. En renvoyant Edmond Michelet, il signifie qu’il accepte le durcissement de la répression contre les  » Français musulmans d’Algérie « . Le F.L.N. décide, fin août 1961, de reprendre sa campagne d’attentats en métropole. Les policiers sont visés ; onze d’entre eux seront tués et dix-sept autres blessés de la fin août au début octobre 1961. A la suite de ces attentats, trois organisations syndicales de policiers, dont la principale, se constituent en un  » Comité permanent de coordination et de défense  » et exigent du pouvoir des exécutions de condamnés à mort et un couvre-feu pour les Nord-africains A partir de septembre 1961, des rafles massives sont organisées . Au cours de ces rafles, des personnes disparaissent. C’est aussi à partir de septembre que l’on commence à entendre parler de cadavres de Nord-africains retrouvés dans la Seine. A la pression des policiers, qui parlent de  » se faire justice soi-même « , M. Papon répond par un discours sans ambiguïté : le 2 octobre, aux obsèques d’un policier, il déclare:  » Pour un coup rendu, nous en porterons dix « , puis, plus tard, il assure les policiers que, s’ils tirent les premiers, ils seront  » couverts « . Le 5 octobre, il instaure un couvre-feu pour les  » Français musulmans d’Algérie « . Malgré les dénégations du ministre de l’Intérieur, ce couvre-feu raciste institutionnalise la confusion entre  » Algérien  » et criminel. 3. La manifestation Le F.L.N. décide d’organiser un boycott du couvre-feu. Une circulaire du 7 octobre met fin à la campagne d’attentats en métropole : il s’agit par ce boycott de changer entièrement de stratégie et de renverser l’opinion publique française. Alors que les attentats s’inscrivaient dans une logique de clandestinité et de guerre, le boycott du couvre-feu doit prendre la forme d’une manifestation pacifique de masse, au grand jour. La manifestation doit avoir lieu dans tout Paris, le long des artères principales de la ville. Tous doivent y participer, les familles entières. Les manifestants ont la consigne de ne répondre à aucune provocation, à aucune violence ; des cadres du F.L.N. les fouillent avant la manifestation pour s’assurer qu’ils n’ont rien qui puisse servir d’arme. Tous les Algériens de la région parisienne doivent participer à la manifestation, sous la contrainte si nécessaire : il s’agit non seulement pour la Fédération de France du F.L.N. de démontrer son emprise sur les Algériens en métropole, mais aussi de faire exister aux yeux des Français le peuple algérien. A l’institutionnalisation de l’arbitraire et du racisme, il faut répondre par la revendication d’une existence politique. Les dirigeants de la Fédération de France estiment que la répression qui ne peut manquer de s’abattre sur les manifestants mettra en lumière la violence du pouvoir et la légitimité de la lutte du peuple algérien pour son indépendance.

 archiverafle17octobre61paris

Au matin du mardi 17 octobre, la police sait qu’une manifestation de masse se prépare ; des cars de police quadrillent la ville, des policiers cernent les bouches de métro aux portes de Paris, prêts à arrêter les manifestants. Aux portes de Paris, à la sortie des métros Étoile, Opéra, dans les couloirs de la station Concorde, sur les Grands Boulevards, les manifestants seront systématiquement matraqués, à coups de crosse, de gourdin, de bâton, souvent jusqu’à ce qu’ils s’effondrent. Les policiers frappent au visage, au ventre, des manifestants qui ne font montre à aucun moment d’aucune violence ni d’aucune résistance. Sur le boulevard Bonne-Nouvelle, au pont de Neuilly, au Pont-Neuf d’Argenteuil et en d’autres lieux, les policiers tirent sur les manifestants. Sur les ponts aux portes de Paris et sur le pont Saint-Michel, des hommes sont précipités à la Seine. En plein Paris et pendant plusieurs heures se déroule une véritable chasse au faciès, à laquelle la population parisienne assiste et collabore même parfois. Le préfet de police M. Papon suit toutes les opérations et se rend lui-même à l’Etoile, pour constater leur  » bon déroulement « . Il a aussi connaissance de toutes les liaisons radio de la police. Il sait donc que de faux messages d’information circulent selon lesquels des policiers auraient été tués. Il ne les démentira pas. Plus de dix mille Algériens sont interpellés. Ils sont internés au palais des Sports, au Parc des Expositions, au stade de Coubertin, au Centre d’Identification de Vincennes, pendant près de quatre jours. Quatre jours pendant lesquels les violences continuent. A leur arrivée, les manifestants sont systématiquement battus. Dans l’enceinte des lieux d’internement, on assiste à des exécutions et nombreux sont ceux qui meurent de blessures non soignées. Au lendemain de la manifestation, le bilan officiel est de deux morts algériens. Il fait état de  » tirs échangés  » entre la police et les manifestants. Malgré les efforts de quelques parlementaires, le gouvernement empêche la création d’une commission d’enquête. Aucune des plaintes déposées n’aboutira. S’il n’est pas possible de déterminer exactement combien d’Algériens furent tués le 17 octobre 1961 et les jours qui suivirent, il reste que le chiffre de plusieurs centaines de morts, avancé par J-L. Einaudi dans son livre La Bataille de Paris à partir de l’étude de registres de cimetières, de témoignages et de documents internes du F.L.N., est le plus vraisemblable. De nombreuses archives administratives qui auraient été essentielles au dénombrement des victimes ont aujourd’hui disparu. Ceci explique pourquoi le rapport Mandelkern – commandité par le gouvernement et rendu public en 1998 – et le livre de J-P. Brunet, qui tous deux se fondent sur les archives existantes de la préfecture de Police, concluent à un nombre de morts bien inférieur – autour d’une quarantaine. Le rapport Mandelkern reprend du reste à son compte la version selon laquelle des tirs auraient été échangés entre les manifestants et la police. Charlotte Nordmann Récit La mémoire du 17 octobre Chronologie Biblio/filmographie L’oubli et la mémoire par Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal 1. La censure étatique L’oubli qui a frappé la journée du 17 octobre 1961 est-il dû à la censure organisée par le pouvoir ? C’est une explication que l’on a souvent invoquée ; et au regard du nombre des saisies et des interdictions de publication, elle semble justifiée. Le gouvernement chercha à imposer le silence sur la terrible répression qui frappa ce jour là les Algériens. Au lendemain de la manifestation, le bilan officiel est de trois morts. Pour maintenir cette version, le gouvernement doit faire taire ceux qui la contesteraient. Le 17 octobre même, on interdit aux journalistes d’être présents. Les quelques images de télévision qui existent sont dues à des télévisions étrangères. Ceux qui tentent malgré tout de prendre des photos voient leur matériel détruit. Les saisissantes photos prises par Elie Kagan durent l’être clandestinement. Les lieux d’internement restèrent interdits aux journalistes pendant les quatre jours que dura la détention des Algériens ; les seuls témoignages qui les décrivent sont dus aux manifestants eux-mêmes, à des médecins, à des militaires ou à des appelés. Le journal Vérité-Liberté, qui dénonce les massacres et reproduit des témoignages, en particulier un tract de policiers dénonçant la violence extrême de la répression, est immédiatement saisi sur ordre du préfet de police M. Papon. Fin 1961, le livre Ratonnades à Paris, de P. Péju, est saisi lui aussi. Le film de J. Panijel, Octobre à Paris, qui reconstitue la manifestation à partir des photos de E. Kagan et de témoignages d’Algériens, est saisi par la police lors de sa première projection, en octobre 1962. Malgré les efforts de certains parlementaires, le gouvernement empêche la création d’une commission d’enquête sur les crimes du 17 octobre et des jours suivants. Aucune des poursuites judiciaires engagées, aucune des plaintes déposées n’a non plus abouti. Aucun policier ne sera condamné pour les crimes commis, aucun responsable politique n’aura à en répondre. Il ne fait pas de doute que le gouvernement a tout mis en œuvre pour s’assurer du recouvrement des crimes du 17 octobre 1961. La censure ne semble pourtant pas suffire à expliquer l’oubli du 17 octobre, si l’on considère en particulier ce qui a été écrit dans la presse dans les jours qui ont suivi les massacres : beaucoup de choses ont été sues et portées à l’attention du public. L’oubli du 17 octobre ne s’explique donc pas simplement par un défaut de connaissance. En effet, si dans un premier temps chacun des journaux adopte un discours correspondant à sa position politique, moins d’une semaine après les faits, tous s’accordent pour dénoncer les violences policières. Au lendemain de la manifestation, seuls L’Humanité et Libération dénoncent la violence de la répression ; Le Monde et La Croix, se voulant neutres, relaient la version officielle de  » heurts  » avec la police tandis que Le Figaro et France-Soir affirment que ce sont les manifestants,  » fanatisés  » ou  » manipulés  » par le F.L.N., qui se sont rendus coupables de violences à l’encontre des policiers. Mais dans la semaine qui suit la manifestation, à mesure que les témoignages affluent, un consensus se dégage dans la presse : tous en viennent à dénoncer les  » violences à froid  » dont ont été victimes des manifestants pacifiques. La plupart des journaux publient des enquêtes sur le bidonville de Nanterre. Tous font état des corps que l’on retrouve quotidiennement dans la Seine. La presse n’a donc pas été silencieuse : elle a su l’essentiel des faits et en a traité publiquement, malgré la censure. Presque immédiatement après la manifestation, les violences terribles auxquelles elle a donné lieu ont été, pour une part essentielle, rendues publiques. La raison de l’oubli du 17 octobre 1961 doit donc être cherchée ailleurs que dans la censure organisée par l’Etat. 2. « L’oubli » de la Guerre d’Algérie Un premier élément de réponse s’impose : le 17 octobre 1961 a d’abord été oublié au même titre tous les crimes de la Guerre d’Algérie. Ce ne sont pas seulement les violences du 17 octobre 1961 qui ont longtemps été recouvertes d’une chape de silence et d’oubli, c’est l’ensemble des crimes de la police et de l’armée française pendant cette  » opération de maintien de l’ordre « . En effet, la guerre, qui dura près de dix ans, a déchiré les Français et, lorsque la paix est enfin conclue, c’est sur un oubli collectif autant qu’individuel que se reconstruit l’unité de la nation française. Le conflit a profondément divisé le pays : quelle unité aurait pu se dégager entre les colons prêts à commettre des attentats pour conserver une Algérie française, ceux dont l’Algérie est simplement le pays, qui y ont toujours vécu, entre les Français de la métropole qui désirent avant tout la paix et acceptent par conséquent que l’indépendance soit accordée à l’Algérie et ceux qui prennent parti pour l’indépendance et s’engagent à des degrés divers au côté du F.L.N. ? A cette division on n’a su opposer que le silence et l’oubli, individuel comme étatique. Combien d’appelés, contraints pendant la guerre à commettre les pires violences, n’ont trouvé de  » solution  » à ce déchirement intérieur que dans le silence ? L’indépendance proclamée, le gouvernement édicte la loi d’amnistie : aucun des crimes commis au titre de la poursuite de la guerre ne pourra faire l’objet de sanctions pénales. 3. Le recouvrement par « Charonne » Mais l’oubli du 17 octobre 1961, c’est aussi son recouvrement et sa confusion avec la manifestation de Charonne. L’oubli des victimes algériennes suit un cheminement plus complexe que celui retracé pour l’instant : une autre mémoire vient recouvrir le souvenir du 17 octobre 1961, un autre crime prend sa place. Rappelons les faits. Le 8 février 1962, quelques mois après la manifestation des Algériens, le Parti Communiste Français organise une manifestation pour exiger que soit mis fin à la Guerre d’Algérie. Les policiers chargent et huit personnes trouvent la mort. A leurs obsèques se rassemblent plusieurs dizaines de milliers de personnes. La mémoire des martyrs de Charonne sera entretenue avec constance par le P.C.F. et au-delà par l’ensemble de la gauche française. Charonne restera pour tous le symbole de la violence de l’Etat pendant la Guerre d’Algérie et – bien que le mot d’ordre du rassemblement ait alors été celui de paix en Algérie plutôt que d’indépendance de l’Algérie – l’expression de l’engagement anti-colonial du P.C.F. On aurait pu penser que cette répression sanglante en rappellerait une autre, encore récente. Dans les faits, c’est le contraire qui se produit : le 17 octobre 1961 est entièrement occulté par Charonne. Dès le début de l’année 1962, avant donc que ne commence le travail collectif d’oubli et d’amnistie des crimes de la guerre, il semble que la manifestation des Algériens ait déjà disparu de la mémoire collective. Ainsi Le Monde, qui avait dénoncé les violences du 17 octobre, qui s’était inquiété des dizaines de cadavres retrouvés dans la Seine après la manifestation, peut-il écrire en février 1962 que la répression de Charonne a été la plus violente que Paris ait connu depuis 1934. On frémit de penser que ce qui distingue les manifestants de 1961 et ceux de 1962 ne peut être que la couleur de peau et les droits qui y sont attachés. Que la mémoire de Charonne soit une autre face de l’oubli du 17 octobre se manifeste aussi dans la confusion persistante entre les deux événements : dans des livres d’histoires, au cours d’un journal télévisé, les photos du 17 octobre ont servi à illustrer les violences de Charonne. Cette confusion du 17 octobre 1961 avec Charonne, qui a signifié dans les faits l’oubli du 17 octobre, s’est probablement opérée de manière primordiale par le biais du discours propre du P.C.F. Le fait que la mémoire du 17 octobre 1961 ait toujours été absente du discours du P.C.F., alors que Charonne y tenait une place essentielle – et le fait, conjoint, que les Algériens n’aient pas été associés à la manifestation du 8 février 1962 – marque en fait une ambiguïté fondamentale du Parti Communiste Français. S’exprime ici ce qu’on pourrait appeler les « hésitations  » de l’anti-colonialisme du P.C.F. Peut-être faut-il rapporter cette ambiguïté du P.C.F. à son appartenance à une nation impérialiste, ou encore à un nationalisme dont il faudrait chercher l’origine tout à la fois dans le patriotisme de la Résistance et l’imitation de l’URSS. De ces hésitations témoigne la perméabilité du P.C.F. au discours de défense de l’intérêt national, telle qu’elle s’est manifestée notamment dans les années 1980 (notamment lorsque Robert Hue organisait dans sa commune des manifestations que l’on peut dire « racistes »). C’est à cette ambiguïté qu’il faut rapporter le recouvrement de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961 par celle de Charonne. 4. Depuis les années 80 Au vu de ces analyses, la question se pose de savoir comment le 17 octobre 1961 en est progressivement venu à forcer l’espace public et à retrouver place dans la mémoire collective. A défaut de proposer une véritable explication de cette ré-émergence, nous retracerons ici les voies qu’elle a empruntées. Si, en 1972, P. Vidal-Naquet avait déjà rappelé les massacres des 17 et 18 octobre 1961 dans son livre La Torture dans la République, c’est à partir des années 1980 qu’ils acquièrent peu à peu une véritable publicité. En 1980, Libération publie un dossier sur le 17 octobre rédigé par G. Mattéi et J-L. Péninou :  » Il y a dix-neuf ans, un massacre raciste à Paris « . Parallèlement, Les Nouvelles Littéraires publient un texte intitulé  » Cela s’est vraiment passé à Paris, il y a dix-neuf ans « . L’année suivante, en 1981, Libération fait à nouveau paraître trois pages sur les crimes du 17 octobre. Le Monde publie lui aussi un article sur la manifestation et M. Trillat et G. Mattéi rappellent les événements dans le journal télévisé du soir. C’est la première fois qu’ils sont évoqués à la télévision. L’apparition dans la presse du 17 octobre 1961 coïncide avec le mouvement par lequel la gauche socialiste est arrivée au pouvoir. Que l’on ait parlé pour la première fois à la télévision du 17 octobre 1961 en octobre 1981 ne relève pas du hasard. Cependant, le travail des journalistes et des intellectuels ne trouve aucun relais politique. P. Vidal-Naquet relève ainsi, dans sa préface à la réédition de Ratonnades à Paris, qu’au moment même où le 17 octobre sort de l’oubli, le président F. Mitterrand réintègre dans leurs grades des généraux de l’O.A.S. Si le mouvement par lequel le 17 octobre a forcé l’espace public n’est certes pas étranger à celui grâce auquel la gauche socialiste a accédé au pouvoir, il est tout aussi important de noter que le Parti Socialiste n’a lui-même jamais pris part à ce combat contre l’oubli. Tout au long des années 1980 et 1990, des intellectuels et des journalistes travaillent à ce que le 17 octobre acquière la publicité qui lui est refusée : en 1983 paraît le roman de D. Daeninckx, Meurtres pour mémoire ; en 1985, le livre de M. Lévine, Les ratonnades d’octobre ; des documentaires télévisés retracent les événements ; en 1991 paraît Le silence du fleuve, d’Anne Tristan, dans lequel sont reproduites les photos d’Elie Kagan, et dont la publication a été permise par le travail de l’association Au nom de la mémoire. Un livre en particulier marque une étape dans la redécouverte des événements : La Bataille de Paris, publié en 1991. A partir d’archives du F.L.N., de témoignages de manifestants et de policiers, à partir des plaintes déposées à l’époque et de registres de cimetières, J-L. Einaudi retrace, minute par minute, le déroulement de la manifestation et de sa répression. La précision extrême de cet exposé des faits les présentifie comme jamais ils ne l’avaient été. La Bataille de Paris a par ailleurs joui d’une publicité singulière du fait du procès intenté par M. Papon à J-L. Einaudi. Ce dernier témoigne en 1997 lors du procès de M. Papon, accusé de crime contre l’humanité pour son rôle à Bordeaux pendant l’Occupation ; il rappelle les crimes du 17 octobre et souligne la responsabilité de M. Papon. L’ancien préfet de police et ex-ministre de V. Giscard d’Estaing ne s’était pas manifesté lors de la publication de La Bataille de Paris mais il porte plainte pour diffamation en février 1999, à propos d’un article où J-L. Einaudi déclare que, le 17 octobre 1961, un massacre a été perpétré par les forces de polices  » sous les ordres du préfet Papon « . En mars 1999, au terme d’un procès qui a permis que soient entendus nombre de témoignages démontrant la matérialité des faits décrits par J-L. Einaudi, M. Papon est débouté de sa plainte, le tribunal accordant à J-L. Einaudi  » le bénéfice de la bonne foi « . Surtout, la cour de justice reconnaît à cette occasion qu’eurent lieu, le 17 octobre 1961, des  » massacres « . 5. Les ambiguïtés de Lionel Jospin Avec la publication de La Bataille de Paris et la publicité que lui a apportée le procès intenté par Papon, la question de l’ouverture des archives a été posée publiquement et le gouvernement s’est vu contraint de prendre sur ce point position. Lors de ses recherches pour La Bataille de Paris, J-L. Einaudi s’est en effet vu refusé l’accès aux archives et en particulier aux archives de la préfecture de Paris. En 1997, lors du retour de la gauche au pouvoir, le gouvernement lance deux enquêtes sur les événements du 17 octobre 1961 ; l’une est le fait du ministère de l’Intérieur, l’autre du ministère de la Justice ; elles aboutiront à deux rapports, respectivement le rapport Mandelkern et le rapport Géromini. En mai 1999, le Premier ministre Lionel Jospin se déclare en outre favorable à ce que soit accordé un large accès aux archives portant sur le 17 octobre 1961. La position du gouvernement socialiste sur le 17 octobre 1961 est en fait essentiellement ambiguë. Ainsi le rapport Mandelkern minimise-t-il le nombre de manifestants assassinés, affirmant que, même si l’on prend en considération les archives disparues, ce chiffre ne saurait excéder les dizaines. Par ailleurs, même après la déclaration du Premier ministre en 1999, J-L. Einaudi s’est vu une nouvelle fois refuser l’accès aux archives de la préfecture de Paris. Enfin le Premier ministre s’est récemment prononcé contre la reconnaissance officielle des crimes du 17 octobre 1961, déclarant que l’Etat n’avait pas à faire acte de  » repentance  » et qu’il appartenait à présent aux historiens de faire le nécessaire travail de mise au jour de la vérité sur ces événements. En la travestissant du mot de  » repentance « , le gouvernement refuse d’accéder à l’exigence légitime de reconnaissance et de condamnation d’un crime commis par l’Etat français. Il faut encore ajouter qu’en appeler ainsi aux historiens laisse supposer que les faits resteraient encore à prouver. Or, d’une part, le nombre de morts, s’il n’a pu jusqu’à présent être défini avec certitude, ne pourra jamais l’être plus précisément et, d’autre part, la terrible violence de la répression, elle, est avérée et n’a aucun besoin d’être démontrée plus avant. Que le gouvernement s’en remette ainsi au travail des historiens est également significatif à un autre titre. Il se trouve en effet que le seul ouvrage publié à ce jour par un historien  » patenté  » sur le 17 octobre 1961 est celui de J-P. Brunet. On l’aura remarqué lorsque nous avons exposé le lent travail qui a permis que le 17 octobre acquière progressivement une place dans la mémoire collective : ce ne sont pas des historiens qui ont été à l’origine de la redécouverte du 17 octobre 1961, mais des intellectuels et des journalistes. J-L. Einaudi n’est lui-même pas un historien de profession. Loin d’avoir initié la lutte contre l’oubli, les historiens ont été les derniers à s’y engager – au même moment que le gouvernement. C’est probablement ce qui explique que J-P. Brunet semble avoir voulu, dans son livre Police contre F.L.N., publié en 1999, défendre la communauté historienne : il présente le discours de l’historien comme le seul à même de faire apparaître la vérité, en s’autorisant du fait que, lui, contrairement à J-L. Einaudi, a eu accès aux archives de la Police, de la Justice et de l’Assistance Publique, et surtout en prétendant à une rigueur qu’il dénie à ce même J-L. Einaudi. Mais le tort ne serait pas grand si les problèmes posés par le livre de J-P. Brunet se limitaient à ce qu’il apparaisse comme une tentative de réhabilitation de l’Historien et une défense de la corporation historienne. Comme le remarque P. Vidal-Naquet, J-P. Brunet ne nie certes pas le drame qu’a constitué le 17 octobre 1961, mais on ne peut que s’inquiéter de ce que, d’une part, il n’ait interrogé aucun témoin algérien, et d’autre part, de ce qu’il conclue à un nombre de morts – quelques dizaines – qui vient confirmer des hypothèses auxquelles il était arrivé dès 1991, sur la foi du seul témoignage de M. Papon. La conclusion semble ici précéder la recherche – piètre marque de rigueur scientifique. Les lecteurs de ce livre ne peuvent en effet qu’être étonnés par le parti prix de son auteur : disqualification de principe de tous les témoignages d’Algériens (l’auteur n’en a lui même recueilli aucun…) et crédit de principe apporté aux déclarations de Maurice Papon. La méthodologie de « l’historien » Brunet laisse particulièrement à désirer : rejetant en bloc les récits des témoins directs (Algériens), ne prenant pas acte de la destruction d’archives, jouant du fait qu’il est impossible de déterminer précisément le nombre des victimes, Brunet construit sa démonstration de manière à ne tenir compte que des pauvres archives que la préfecture de police a bien voulu conserver. Le titre de l’ouvrage de J-P. Brunet, Police contre F.L.N., Le drame du 17 octobre 1961, exprime du reste éloquemment la conception que l’auteur se fait de l’événement. Contrairement à ce que laisse entendre ce titre, ce n’est pas  » le F.L.N.  » qui a subi le déchaînement de la répression, c’est toute la population algérienne de la région parisienne, contrainte à manifester par la Fédération de France – et cela, même la police le savait, qui fait état de  » menace de mort  » à l’encontre de ceux qui refuseraient de braver le couvre-feu. Ce n’est pas  » la police  » qui est l’auteur des massacres du 17 octobre 1961 ; l’affirmer, c’est occulter que la répression sauvage de la manifestation n’a pas été – comme le suggère J-P. Brunet – le fait d’un excès malheureux de policiers rendus furieux par les attentats dont ils avaient été victimes, mais qu’elle a été voulue par le gouvernement qui a délibérément laissé les mains libres à Papon et s’est ensuite assuré que tous, selon les propres termes du préfet, seraient  » couverts « . En appeler aux historiens, comme le fait le gouvernement lorsqu’il refuse d’accéder à l’exigence légitime de reconnaissance et de condamnation des crimes du 17 octobre 1961, n’a donc rien d’innocent, lorsque le seul ouvrage qui ait été publié par un historien « patenté » en vient en quelque sorte à nier les faits en en proposant une interprétation inacceptable et quasi mensongère. L’oubli du 17 octobre 1961 a été pour une part dissipé, grâce à un travail de plusieurs dizaines d’années, mais la  » mémoire officielle  » qui se construit actuellement est pleine d’ambiguïtés. A ce jour les crimes du 17 octobre 1961 n’ont fait l’objet d’aucune reconnaissance officielle ; aucun monument, aucun lieu de mémoire ne leur est consacré. C’est qu’il y a, de 1961 à maintenant, une certaine continuité des pratiques de l’Etat. Les réseaux étatiques qui ont permis qu’aucun des crimes commis ne reçoive de sanction sont toujours actifs. La réticence de l’Etat et de la société civile à reconnaître les crimes du 17 octobre 1961 témoigne plus profondément de ce que l’histoire de la colonisation reste à faire. Cette histoire n’est pas du ressort des seuls historiens : il appartient à la société toute entière de la mener, car la société toute entière est aujourd’hui encore structurée par cette histoire coloniale.

Charlotte Nordmann (enseignante) & Jérôme Vidal (responsable des Editions Amsterdam)

http://17octobre1961.free.fr/pages/Histoire.htm

http://www.dailymotion.com/video/x18vo6

http://www.dailymotion.com/video/x5mvs4

http://www.dailymotion.com/video/x3hf3a


MASSACRES D’ALGÉRIENS DU 17 OCTOBRE 1961 
Commémoration dans un climat de réhabilitation du colonialisme

Ce ne sont ni les historiens de renom, ni les associations ni encore moins de grandes personnalités politiques qui ont manqué pour demander inlassablement chaque année «la reconnaissance officielle du crime commis par l’Etat français les 17 et 18 octobre 1961». Un énième appel collectif cette année, des regroupements et manifestations nombreuses. Sauf que cette année, cette commémoration va se dérouler dans une conjoncture très particulière : une polémique sans fin sur le film Hors-la-loi ; un travestissement de l’histoire et une appropriation par le pouvoir de Sarkozy du discours de l’extrême droite et des nostalgiques de l’Algérie française et, comble de la provocation, l’inauguration en grande pompe, mardi 19 (au surlendemain de la commémoration des massacres) de la «Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie» en application de la loi de février 2005 sur les «aspects positifs de la colonisation».

De notre bureau de Paris, Khedidja Baba-Ahmed
Des fleurs jetées dans la Seine en mémoire de ceux qui y ont été jetés il y a de cela près de cinquante ans ; des discours et témoignages de personnalités ; des historiens connus pour le travail colossal qu’ils effectuent et leur pugnacité à aller de l’avant malgré le silence qui leur fait écho et l’autisme qui caractérise ceux qu’ils interpellent, et qui continuent à garder l’omerta sur ce pan de l’histoire coloniale française : c’est tout cela les commémorations en France des massacres du 17 Octobre auxquelles viennent témoigner chaque année de nombreux rescapés algériens qui ont vécu ces terribles événements mais qui sont de moins en moins nombreux à venir, la mort ayant, entre-temps, fauché beaucoup d’entre eux. Cette année, c’est plutôt la liste de ceux qui appellent aux rassemblements qui s’est étoffée. Les dizaines d’associations, d’organisations et de partis politiques qui ont signé l’appel rappellent ce que fut cette nuit d’horreur et de massacres et interpellent le pouvoir français. C’est d’un «crime d’Etat» dont parlent les signataires. Pour rappel, quelques mois avant Octobre 1961, le FLN avait décidé d’exporter le conflit algérien sur le territoire français pour mettre la pression sur la délégation française lors des négociations. La fédération de France du FLN avait pour consigne de mobiliser ses membres pour faire connaître la révolution aux français de «métropole », leur faire découvrir le visage d’un système colonial. La fédération FLN de France s’est fortement renforcée auprès des Algériens en France. Il fallait, pour le pouvoir colonial français qui constatait l’influence grandissante du FLN en France, démanteler cette organisation et tout son réseau. Maurice Papon, préfet de police de la Seine, décrète alors un couvre-feu discriminatoire. Le soir du 17 Octobre 1961, à partir de 20h, de très nombreux algériens sortent, en rangs organisés, manifester pacifiquement (aucune arme chez les manifestants) contre les mesures racistes prises à leur encontre et sensibiliser les français de France sur ce qui se déroulait en Algérie en leurs noms. La répression a été féroce : bain de sang, assassinats collectifs de plusieurs centaines de personnes, dont beaucoup jetées dans la Seine et certaines durement blessées ; tortures dans les locaux de camps aménagés dans les infrastructures d’Etat (préfecture, Palais des sports, commissariats…). A. Farès, juriste et politologue, évoque d’ailleurs à cet effet ce qu’en disait dans la revue Temps modernes l’écrivain Paul Sartre, révolté par ce massacre : «Les juifs parqués au Vel d’Hiv sous l’occupation nazie étaient traités avec moins de sauvagerie par la police allemande que ne le furent au Palais de sports, par la police gaulliste, les Algériens». Après quelques jours et des protestations de certains Français qui n’en revenaient pas de ce traitement, ces Algériens, dans un piteux état, furent renvoyés en Algérie où ils ont été pris en charge (on imagine comment) par les paras du général Massu et du colonel Bigeard. Pour rappel encore, tous ces massacres se sont déroulés sous l’autorité d’un Etat dont le président était de Gaulle, assisté de Michel Debré, Premier ministre, et Christian Fouchet, ministre de l’Intérieur. Au mépris de tout, les pouvoirs français, de gauche comme de droite, poursuivent le mensonge en niant l’évidence, et ce, malgré les résultat d’enquêtes, de témoignages de survivants des massacres et de policiers repentis encore vivants, de documents d’archives (pas tous encore autorisés d’accès). Alors que tous ces travaux concluent au massacre de centaines d’Algériens assassinés ou blessés, le bilan officiel fait mention de 3 morts, dont un par crise cardiaque ! Cesser le mensonge sur ce qui constitue un crime d’Etat, c’est ce que demandent les manifestants qui commémorent aujourd’hui ce massacre et qui soulignent que «la France, 49 ans après, n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées» et qu’il est temps de le faire et d’assumer son histoire. La liberté effective d’accès aux archives pour tous, historiens et citoyens, constitue le deuxième volet de cet appel. Il faut savoir, en effet, que la loi sur les archives, votée en 2008, fixe des délais de consultation aux dossiers judiciaires et de ce fait «retardera en particulier les recherches sur l’organisation criminelle de l’OAS». Les signataires de l’appel considèrent que «la recherche de la vérité s’impose pour cette période sombre de notre histoire comme elle s’est imposée pour la collaboration vichyste avec l’Allemagne nazie». Ce n’est qu’à ce prix-là, disent-ils, «que pourra disparaître la séquelle la plus grave de la guerre d’Algérie, à savoir le racisme dont sont victimes aujourd’hui nombre de citoyens ou de ressortissants d’origine maghrébine ou des anciennes colonies, y compris sous la forme de violences policières parfois meurtrières». En guise de réponse à leur demande de «développement de la recherche historique sur ces questions dans un cadre franco-algérien et international», le pouvoir vient de donner une réponse, qui, si elle n’est pas tout à fait inattendue dans un climat hexagonal fait de racisme d’Etat et de rejet de l’autre, n’en est pas moins proprement scandaleuse. Le secrétaire d’Etat à la défense, dans un communiqué qu’il a fait parvenir à la presse, informe de «l’installation aux Invalides, mardi 19 octobre, de la fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de la Tunisie, prévue par l’article 3 de la loi du 23 février 2005». Sachant que cette loi avait pour fondement la glorification des bienfaits de la colonisation, peut-on, dès lors, donner du crédit aux propos de Hubert Falco, secrétaire d’Etat à la défense et aux anciens combattants qui présente, dans son communiqué, la fondation qu’il s’apprête à installer comme devant être «au service de l’histoire». Peu de crédit et pour plusieurs raisons : une fondation inspirée de la loi du 23 février ; le Conseil d’administration et le Conseil scientifique qui seront installés mardi seraient, avons-nous appris, constitués essentiellement de militaires (généraux ayant combattu en Algérie) et d’associations d’anciens combattants ; un refus catégorique des historiens qui se sont investis dans l’écriture de l’histoire coloniale (Gilbert Meynier, Benjamin Stora, Jean-Pierre Rioux…) d’intégrer cette fondation. Et comme le déclarait en septembre à Télérama, l’un d’entre eux, Jean-Charles Jauffret, historien spécialiste de l’histoire militaire coloniale, «avec la fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie on va fortifier les ultras. En ligne de mire, il y a évidemment l’élection présidentielle de 2012». C’est peu dire que cette fondation est loin de permettre d’écrire objectivement l’histoire et encore plus loin encore de concourir à l’apaisement des relations avec Alger. 
K. B.-A.

«Des organisations kabyles pour commémorer le 17 Octobre»
Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) a émis un appel pour «un rassemblement le dimanche 17 octobre. Si ce rassemblement se fait à Saint-Michel, il n’a cependant lieu ni au même moment ni au même endroit que celui auquel appelle une multitude d’associations. Jusque-là, rien de bien anormal : le MAK est en droit de ne pas se joindre aux autres manifestants. Toutefois, ce qui interroge, c’est la suite de l’appel, se rassembler pour : «Rendre hommage aux morts du 17 Octobre 1961, majoritairement kabyles, victimes de la répression de Maurice Papon.» Et dans un autre texte sur cette commémoration, il y a ceci : «Les victimes de l’époque se voient arabisées à titre posthume.» Sans autres commentaires, c’est inutile !

Quelques commémorations à Paris et en Province
Deux rassemblements aujourd’hui à Paris au Pont Saint-Michel, là où tant de victimes furent jetées à la Seine il y a 49 ans : le premier se tiendra à 11h15 au Pont Saint-Michel, organisé par Bertrand Delanoê et auquel prendront part l’ambassadeur d’Algérie en France et ceux de Jordanie, de Palestine, de la Mission de la Ligue arabe à Paris, de Syrie, des ambassadeurs d’Egypte et de Tunisie auprès de l’Unesco. Le deuxième se déroulera à 17 h, toujours au Pont Saint-Michel. Organisé par une multitude d’associations, de partis et de syndicats, dont 17 Octobre contre l’oubli, Agir contre le colonialisme aujourd’hui, association des amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons ; Au nom de la mémoire ; Ligue des droits de l’Homme, MRAP, Association des familles et des prisonniers et disparus sahraouis, PCF, NPA, Parti de gauche… et de nombreux autres signataires de l’appel. Au Centre culturel algérien : le Centre culturel algérien a organisé jeudi 14 octobre une projection du film Dissimulation d’un massacre de Daniel Kupferstein suivie d’un débat avec Jean-Luc Einaudi et en présence du directeur du Centre, Yasmina Khadra. Le film, extrêmement documenté, avec beaucoup de témoignages et d’images exclusives d’époque, a emporté l’adhésion de tous les participants. Une intéressante exposition de photos de la manifestation du 17 Octobre, d’articles et de documents historiques a permis aux visiteurs du Centre de découvrir, en quelques panneaux, l’horreur du massacre. Rassemblement au Pont de la Guillotière et berges du Rhône, Lyon : organisé par le Collectif lyonnais du 17 Octobre 1961, Agir ensemble pour les droits de l’Homme, Association pour la promotion de la culture algérienne, Maison des passages…. Ville de Bobigny : la commémoration du 17 Octobre dans cette ville des Hauts-de-Seine prend diverses expressions : conférences-débats, projection de films documentaires sur l’événement…

http://www.lesoirdalgerie.com

Laisser un commentaire

D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
machinesabois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elayam.3 ا...
| FCPE Lionel Terray
| LUGAR DO DESENHO-LIEU DU DE...